Marchés

Hors-série LSA PGC SIAL – Octobre 2019

HS PGC

Transformation ! Le terme est aujourd’hui dans les discours de tous les dirigeants de la grande consommation. Le Congrès LSA Stratégies commerciales, qui s’est tenu le 2 octobre au Casino de Paris, en a été le témoin frappant. « Pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs, nous avons dû réviser totalement notre modèle », a annoncé Benjamin Binot, président France-Benelux de Procter & Gamble. « C’est un énorme défi mais nous n’avons pas d’autres choix », estime François Eyraud, directeur général de Danone France. Même discours du côté de tous les distributeurs. « L’équation qui nous attend est complexe. Pour affronter les challenges à venir, nous allons construire sur nos points forts et surmonter nos difficultés », a déclaré Laurent Vallée, secrétaire général de Carrefour. « Nous avons entamé une transformation à plusieurs niveaux. Nous sommes dans une situation de révolution telle qu’on en connaît tous les cinquante ans. On sait que ce ne sont pas les plus forts ni les plus beaux qui réussiront. Ce sont ceux qui pourront le plus s’adapter », a déclaré Hervé Daudin, directeur marchandises et membre du comité exécutif du groupe Casino.

En attendant, n’en déplaise aux adeptes du foodbashing, on ne peut que se réjouir de voir se multiplier ce genre de déclarations, d’autant qu’elles se traduisent déjà – et ce n’est qu’un début – dans les faits. L’essor du bio, le boom du végétal, les efforts pour chasser le sucre, le sel, les conservateurs, etc. mais aussi la lutte contre le plastique, la multiplication des emballages recyclables et/ou compostables sont en effet autant de signes de cette profonde transformation en cours, pour ne parler que des avancées nutritionnelles et environnementales.

Des tendances de fond transversales à l’ensemble des rayons des PGC, qui permettent au secteur d’accompagner cette précieuse valorisation (+ 1,5 % au premier semestre 2019). Car du côté des volumes, il n’y a pas de miracle à attendre, du moins à court terme. Selon Iri, l’année 2019 devrait en effet se solder sur une deuxième année consécutive de baisse des volumes (- 1 % sur le premier semestre 2019). Il n’y a aucune fatalité néanmoins, à condition de prendre vraiment les choses en mains. « Au vu de la multiplication des initiatives des marques et des distributeurs, il apparaît possible de stopper l’hémorragie », commente Philippe Cabin Saint Marcel, PDG d’Iri France (lire l’interview page 8). Cela demandera bien sûr du temps et aussi un nouvel état d’esprit, moins belliqueux, plus constructif et collaboratif entre distributeurs et industriels. Un état d’esprit que tout le monde appelle de ses voeux, du moins en public, mais qui a encore et toujours du mal à se concrétiser.

FBRAY@LSA.FR

Nos partenaires

 
 
         

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA