Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Hors-série LSA Spécial Boissons – Septembre 2020

HS Septembre

Souvent, on me pose cette question : « Ne te lasses-tu pas de ton secteur ? » La réponse est invariablement « non ! ». Et pour cause. Ce qu’il y a de magique dans les PGC, et en particulier dans les boissons, c’est la réinvention permanente des catégories et des marques. Coca-Cola qui s’invite sur le marché des energy drinks, Jack Daniel’s qui s’aromatise à la pomme, les bières d’abbaye qui tentent le sans-alcool… Sans parler des tendances qui émergent ici et là et dont on ne sait trop si elles rencontreront le succès en France. Ainsi des boissons au chanvre que nous vous faisons découvrir dans ce numéro. Ou des hard seltzers et des microdrinks. étant donné la consonance de leur nom, inutile de préciser qu’elles viennent d’ailleurs…

Des états-Unis s’agissant des hard seltzers. Les « hard » quoi ? Drôle de nom pour une boisson qui est, en fait, une eau légèrement alcoolisée – environ 5 ° –, gazeuse (seltzer) et aromatisée. L’auteur de ces lignes n’y croyait pas trop. Un peu comme quand on propose une eau purifiée – la norme outre-Atlantique – à un consommateur français. Celui-ci, habitué aux eaux de source et minérales, n’en comprend pas l’intérêt et fait la grimace. Cependant, les hard seltzers que nous avons pu déguster nous ont plutôt séduits. Ce sont des boissons aux arômes raffinés et peu caloriques. C’est là leur premier atout. Les hard seltzers sont d’ailleurs nées, quelque part aux états-Unis, après qu’un industriel eût entendu des jeunes femmes, accoudées à un bar, se plaindre qu’aucune boisson ne conjugue le « light » et le légèrement alcoolisé. Il a alors créé la première hard seltzer, qu’il a revendue à un grand groupe pour lui donner une autre dimension (lire LSA du 24 septembre). Aujourd’hui, plus de 80 marques existent sur le continent américain et ce business est en plein boom.

Autre tendance tout à fait naissante : les microdrinks, qui sont un peu aux boissons ce que sont les capsules aux lessives ou l’Alka Seltzer au mal de tête, c’est-à-dire qu’ils libèrent leur pouvoir quand ils sont dilués dans l’eau. Comme pour les hard seltzers, l’histoire de Waterdrop, marque de microdrink qui s’invite en France, est née d’une réflexion pleine de bon sens. Martin Donald Murray, ex-consultant qui passait sa vie dans les avions, ne savait plus quelle boisson choisir lorsque l’hôtesse arrivait avec son chariot. Par souci de limiter sa consommation en sucre, cela se terminait toujours par un verre d’eau. Un peu triste… Cet Autrichien imagina alors ces microdrinks constitués de fruits et de plantes séchés puis réduits en poudre. Celle-ci est scellée dans une membrane pour bien conserver les arômes. Une invention subtile qui, comme les concentrés de Sodastream, de Pulco ou d’Antésite (lire page 38), évite de mettre sur le marché des milliers de bouteilles en plastique. Ce qui est aussi très tendance.

SYLVIE.LEBOULENGER@LSA.FR

Nos partenaires

 
 
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter