Marchés

Horsegate: En 2008, les agriculteurs roumains étaient les principaux touchés par l’interdiction des charrettes

|

DossierLÉGISLATION - LOIS Lorsque José Bové a affirmé ce week-end que « le cours de la viande de cheval en Roumanie s'était écroulé à la suite de l'interdiction récente de la circulation des charrettes » il n’était sans doute pas loin de la vérité.

Pennes Bolognaise & Boulettes de bœuf de Findus

Lors de la mise en place de la loi, de nombreuses associations roumaines s’étaient insurgées de cette interdiction. D’une part, une portion du paysage roumain était supprimée. Mais si les charrettes étaient à l’époque – comme le note un article de la BBC – responsable de 10% des accidents de voitures, il était également le moyen de locomotion privilégié des habitants des campagnes. Pour, ne pas dire le seul et l’unique.

"Des millions mourront de faim"

Et par là-même, également un outil de travail pour les agriculteurs roumains, qui n’avaient pas les moyens d'acquérir un tracteur, ou le fuel qui allait avec. En interdisant purement et simplement la circulation des charrettes sur les « national highways » du pays, les autorités ont mis au chômage le million de chevaux de trait, qui travaillait dans les champs.

« Si cette interdiction a lieu, des millions de personnes mourront de faim », affirmait un roumain à la BBC en 2007. Car le cheval était une source de revenue indispensable et le seul moyen de locomotion pour un grand nombre de famille.

Ce sera à l’enquête de déterminer si ces familles ont effectivement trouvé une autre fin à leurs chevaux. Sur le marché des surgelés européens, par exemple.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message