HP s'engage dans l'électronique grand public

Alors que le rachat de Compaq lui cause bien des problèmes, le fabricant informatique dévoile de nouvelles ambitions dans les produits grand public.

«Nous voulons devenir une compagnie d'électronique grand public. » Prononcée par Bernard Meric, vice-président et directeur général de la branche grand public Europe-Moyen Orient-Afrique de HP, l'affirmation peut paraître curieuse. Géant de l'informatique professionnelle, HP vient de mettre la main sur Compaq afin de rivaliser avec IBM sur le marché des entreprises. Et le voilà qui se découvre la vocation d'aller taquiner Sony et autres Philips sur leur terrain !

Le pari semble osé, même si HP s'est largement ouvert au grand public depuis le milieu des années 90. « Nous construisons actuellement notre offre grand public, mais sans objectif à court terme, poursuit Bernard Meric. L'imprimante autonome P100 est un premier pas dans cette direction. Nous allons aussi y venir par les graveurs de DVD. Et aux États-Unis, nous testons un appareil qui se connecte à une chaîne hi-fi pour faire de la musique. »

Des initiatives bien plus spectaculaires sont déjà annoncées, faisant écho au lancement du baladeur numérique iPod d'Apple, ou de la console de jeu XBox de Microsoft. Prudents, les responsables de HP précisent néanmoins que l'évolution sera longue et qu'il s'agit avant tout de répondre à des attentes réelles. L'échec d'Intel, qui vient d'annoncer l'arrêt de sa gamme d'appareils numériques, les incite sans doute à la circonspection.

Compaq : une fusion douloureuse

D'autant que si HP peut désormais revendiquer une présence et une légitimité sur le grand public, son image demeure liée à l'informatique professionnelle. Pire encore : depuis les attentats du 11 septembre, les marchés financiers anglo-saxons ont perdu tout l'enthousiasme soulevé par la « mégafusion du siècle » avec Compaq. Toujours prévue pour la mi-2002, l'opération suscite désormais les pires réticences. L'occasion pour les responsables de la division grand public (récemment rebaptisée Consumer Business Organization), qui représente environ 20 % de l'activité du groupe, de rappeler que l'affaire Compaq ne la concerne que de loin (pas question de voir dans un avenir proche des PC HP/Compaq en linéaire), et que ses résultats n'en sont en rien affectés.

En France, HP se place au second rang des fabricants de PC. Et bénéficie à plein des bouleversements du marché. « Il y a quatre ans, les PC sans marque faisaient 65 % des ventes, se souvient Antoine Vivien, directeur général de la division grand public France. Nous sommes maintenant à 60 ou 65 % en faveur des marques. Certains acteurs locaux ont disparu ou presque. Il faut dire que quand on dépend d'une seule enseigne ou de la seule rentrée scolaire, on est fragile » Une bonne leçon, a posteriori, aux Cibox et autres Alphamédia. Et des projets pour la distributrion. « Aujourd'hui, poursuit-il, nous pensons que la micro n'a pas assez de place en hypermarchés compte tenu du chiffre qu'elle génère et de la légitimité qu'elle a acquise. Il est temps de rationaliser les linéaires. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1744

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message