Huitres, saumon, Saint-Jacques seront-ils sur les tables à Noël ?

|

Dossier Des problèmes de production affectent les huîtres et les coquilles Saint-Jacques françaises. Le saumon espère quant à lui bien effacer l’année noire qu’il a connu en 2013. Zoom sur ces productions.  

Des problèmes de production entravent les stocks d'huîtres et de coquilles Saint-Jacques.
Des problèmes de production entravent les stocks d'huîtres et de coquilles Saint-Jacques.

La rédaction vous conseille

Sur les tablées festives de fin d’année, quels produits de mer trouvera-t-on ?

A en croire ce sondage réalisé par le CSA pour l’ETF (Entreprises du Traiteur Frais), le saumon reste le produit star des fêtes de fin d’année s’agissant des produits de la mer. 71 % des 1002 sondés assurent en effet qu’ils en consommeront à Noël. L’enjeu est important pour cette filière qui a subi une forte hausse du prix des matières premières et de nombreuses polémiques sur l’élevage norvégien. Le marché est d 'ailleurs en repli depuis un an, avec une baisse de 6,2 % de son chiffre d’affaires, et des volumes en chute de plus de 12,8 % depuis octobre 2013 (Source : Kantar).

 

Coquille hasardeuse

Autre produit de la mer sur la sellette à l’approche des fêtes, la coquille Saint-Jacques française. En Charente-Maritime, on ne peut même plus la pêcher. La raison ? Un mal décime la production, ce qui augmente la mortalité des Saint-Jacques. On compte en moyenne 200 mollusques à l’hectare au lieu 900 actuellement. Heureusement, la production bretonne reste, quant à elle, préserver à ce jour. Les quotas attribués à la France pour la saison 2014/2015 sont identiques, à environ six tonnes.

Huitres en péril

Depuis 2008, la mortalité des huîtres de moins d’un an, les naissains, affecte entre 60 et 90 % de la production dans la plupart des sites ostréicoles français, explique le webzine Reporterre. Un virus que la profession n’arrive pas à enrayer et qui empire, puisque le virus s’attaque désormais aux adultes.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter