Hygiène - beauté : Donner de la voix

Hygiène - beauté : Donner de la voix

C’est encore un chant monocorde, mais c’est un chant de joie. Les opérations beauté sonnent à pleine voix en ce printemps 2014. Elles entonnent un regain d’espoir et d’image dynamique sur un secteur où la croissance reste timide. Celle-ci frise le 1%, accompagné de quelques décimales. Alors que les PGC-FLS sont déjà à 2%, la beauté souffle la mobilisation pour célébrer l’été.

Depuis quelques années, elles vont crescendo, ces opérations ! Avec des promotions de plus en plus fortes. Le prix devient le chef d’orchestre du marché. Car, en dehors des murs de la GMS, les attaques sur l’accessibilité sont toujours aussi virulentes. Le sélectif valorise ses marques propres en composant des concepts dédiés. Les pharmacies se mettent au retail et visent davantage d’accessibilité sur les rayons parapharmacies. L’e-commerce joue encore et toujours de plus en plus fort… La concurrence attaque en chœur ! Car le marché français est l’un des plus chers d’Europe. Comme en témoigne la différence sur le maquillage entre l’Allemagne et la France. Dans l’Hexagone, le prix moyen sur ce secteur est de 9,32 €, contre 4,90 € pour nos voisins d’outre-Rhin. L’arrivée dans la danse de chaînes étrangères à bas coûts constitue donc une opportunité logique pour les consommateurs. Pourquoi paieraient-ils plus cher que leurs voisins européens

Ainsi, le levier promotionnel en GMS offre la possibilité de diminuer le prix global du marché. Ce refrain prend alors de l’essor. Sur tous les segments ! Sur l’hygiène, par exemple, les catégories qui permettent au marché d’être dans le vert voient leur chiffre d’affaires essentiellement tiré par la promotion. Comme l’hygiène buccale, en croissance de 9,4%, mais dont les ventes sous réduction augmentent de 15,5% ! Ou les dentifrices, en croissance de 6%, avec une promo en hausse de 12,8%. Quand le chiffre d’affaires sous réduction atteint en moyenne les 2% sur le total hygiène-beauté. Les nombreuses innovations favorisent les réductions, bien sûr. Mais comment ne pas y voir un besoin de déflation globale Et que tout le monde semble prendre en compte. En criant, d’une seule et unique voix, la note espérée d’une jolie croissance.

Les Tendances

  • La promotion reste très importante sur les segments les plus lourds.
  • Les MDD ne progressent toujours pas (p. 40).
  • Les opérations beauté se font plus fortes (p. 42).
  • Le marché global va dans le sens d’une baisse des prix, car la France est plus chère que ses voisins.

Les tops

Hygiène buccale

+ 9,4% L’évolutiondu CA en valeur,à 137,4 M €+ 9,3% en volume

Dentifrices

+ 6%à 415,2 M €+ 2,5% en volume

Après-shampooings

+ 4,8% à 223,5 M €+ 3,2% en volume

Les flops

Accessoires parapharmacie

- 10% L’évolution du CA en valeur,à 96,2 M€ - 23,6% en volume

Produits coiffants

- 6,1%à 161,3 M€ - 6,2% en volume

Lames et rasoirs hommes

- 3,4%à 342,4 M€ - 6% en volume

Soins beauté

1,55 Mrd €

Le CA à fin février 2014

  • + 1,5% en valeur
  • + 1,8% en volume 

Capillaires

1,33 Mrd €

Le CA à fin février 2014

  • + 1,2% en valeur
  • 0% en volume

Hygiène Corporelle

2,94 Mrds €

Le CA à fin février 2014

  • + 1% en valeur
  • + 0,6% en volume

Quel avenir pour les MDD en beauté ?

Peut mieux faire
Tout le monde le dit, les marques nationales ont profité de 2013. Donc les MDD ont mal vécu l’année. Elles n’arrivent pas à s’imposer dans les gros marchés. En beauté,si elles progressent au global de 1,6%en valeur, c’est surtout grâce aux petits segments, comme les produits dépilatoires. Sur les marchés de plus de 120?millions d’euros, elles s’effondrent. À l’exempledes produits solaires où elles reculentde 35,3% ; les soins du corps, de 15,6% ;et le maquillage, de 12,7%. Et ce malgré les lancements en 2012 des Cosmétiques Design Paris pour Carrefour, et de Labell Maquillage, pour Intermarché. Cette dernière trouve pourtant son public. Elle est présente désormais dans un tiers du parc de l’enseigne. 

Vers une interdiction générale des tests sur les animaux
Déjà prohibés au sein de l’Union européenne et d’Israël depuis mars?2013, les tests sur les animaux des cosmétiques ou des composants pourraient bien être bannis d’autres pays. Aux États-Unis, un projet de loi a été déposé, le Humane Cosmetics Act. Il y interdirait la vente de produits cosmétiques, dont le produit final ou un composant aurait été testé sur les animaux. S’il n’a que peu de chances de voirle jour en l’état, ce projet montre la réflexion du pays en la matière. Notons également que la Chine a proposé récemment de lever l’obligation d’effectuer les tests sur les animaux. Une première étape aussi dans ce débat. Idem en Inde, où les tests sont interdits. Le pays réfléchit à prohiber la vente de produits testés. Cet engouement développera sans doutela recherche pour trouver des tests alternatifs, sans passer par les souris…

Vers une interdiction générale des tests sur les animaux

Déjà prohibés au sein de l’Union européenne et d’Israël depuis mars 2013, les tests sur les animaux des cosmétiques ou des composants pourraient bien être bannis d’autres pays. Aux États-Unis, un projet de loi a été déposé, le Humane Cosmetics Act. Il y interdirait la vente de produits cosmétiques, dont le produit final ou un composant aurait été testé sur les animaux. S’il n’a que peu de chances de voirle jour en l’état, ce projet montre la réflexion du pays en la matière. Notons également que la Chine a proposé récemment de lever l’obligation d’effectuer les tests sur les animaux. Une première étape aussi dans ce débat. Idem en Inde, où les tests sont interdits. Le pays réfléchit à prohiber la vente de produits testés. Cet engouement développera sans doutela recherche pour trouver des tests alternatifs, sans passer par les souris…

Gillette veut épiler les hommes

La marque de rasoirs de Procter& Gamble, face à des hommes qui se laissent pousser la barbe, refuse de baisser les bras, et veut épiler ceux des hommes. Mais aussi le torse,les jambes et le dos. D’après Gillette, 48% d’entre eux le font déjà. Surprenant Une étude Ipsos affirmait un chiffre de 20% en 2006. 


Un marathon derrière un PC

C’est le Hackathon, proposé par trois marques capillaires de L’Oréal, au sein de l’École 42, de Xavier Niel. Les candidats devaient plancher sur trois thèmesautour du digital et du capillaire. Sur une journée, il s’agissait de rendre un projet. Le gagnant bénéficiait de moyens pour être développé sur un mois. Pour L’Oréal, c’est un incubateur d’idées.

Nivea se penchesur leur sensibilité

La griffe de Beiersdorf affirme que « 70%des hommes disent avoir la peau irritée ». C’est pour cela que Nivea Men leur consacre un gel douche spécial peau sensible, avec un PH neutre etdes extraits de bambou. Le pack est blanc, comme tous les produits de la gamme peau sensible. 

Et Axe veut faire la paix

La signatureaux valeurs masculines les plus assuméesdu rayon veut adoucir le caractèredes hommes. Cette année, aprèsles avoir envoyés dans l’espace avec Axe Apollo, la marque d’Unilever veut leur faire faire la paix avecAxe Peace. Un parfum très mâle sur huit références déclinées sur tous les segments de la marque, et un autre pour un gel douche apaisant.

Hygiène - beauté : Donner de la voix
suivant
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2314

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous