Hymne à la concurrence

|

Avec les premières propositions sur le pouvoir d'achat formulées par la Commission pour la libération de la croissance française, c'est à la formation d'un véritable ouragan qu'assistent - quasi-incrédules - l'ensemble des professionnels. Tous les éléments semblent aujourd'hui réunis pour que ses effets modifient rudement l'environnement économique qui régit le secteur du commerce depuis plus de dix ans. Les tensions exacerbées entre les professionnels à l'occasion des débats engagés sur la réforme des lois Royer-Raffarin et Galland, l'affrontement sur les hausses de prix liées à l'inflation des matières premières, les crispations portées sur la place publique entre les principaux représentants des industriels et des distributeurs : tout concourait déjà à une inéluctable montée de la température ambiante.

La détermination de Nicolas Sarkozy et les premières propositions de la commission Attali (lire pp. 12 à 16) auront fait le reste, comme autant de vents porteurs. Si elles devaient être adoptées en l'état, les mesures proposées par les quelque quarante personnalités réunies autour de Jacques Attali ne laisseraient personne indifférent. Totale liberté tarifaire (avec l'abandon du seuil de revente à perte) et de négociations commerciales entre fournisseurs et distributeurs ; création d'une « Autorité de la concurrence » ; abrogation des lois Royer-Raffarin et Galland : la Commission avance sabre au clair pour tenter de relancer l'emploi, la croissance et le pouvoir d'achat. L'intention réjouit en ce qu'elle bouscule tous les conservatismes et les positions acquises qui étouffent, année après année, les conditions d'exercice d'une juste et saine concurrence. Hier, à la belle époque du Cid-Unati et du poujadisme ambiant, le législateur a cru protéger le petit commerce en votant la loi Royer. Courte vue ! Plus récemment, les lois Galland et Raffarin ont tout autant donné bonne conscience aux responsables politiques, alors qu'elles ont nourri sans tarder les dérives que l'on sait. Avec le consommateur pour première victime ! Si pouvoirs publics et acteurs professionnels veulent vraiment, ensemble, relancer la croissance et l'emploi, et redonner du pouvoir d'achat au consommateur, c'est bien à une véritable réforme du droit de la concurrence qu'ils doivent s'atteler. Les propositions de la Commission Attali provoquent ? C'est là, précisément, tout leur intérêt.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2016

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA