Marchés

IBM cherche à supprimer au moins 1.200 postes en France

|

Le comité central d’entreprise de ce mercredi 24 avril n’aura pas été ensoleillé. Sur les 9700 postes que compte IBM en France, le groupe chercherait à supprimer "au moins 1200 postes".

IBM

La direction envisagerait de supprimer plus de 1.200 emplois sur deux ans. Une information rapportée par l’Unsa, premier syndicat du groupe et confirmée par la CFDT. Selon Gérard Chameau, délégué central CFDT, IBM devrait s'appuyer sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) pour supprimer ces emplois.

La direction n'a pas chiffré les suppressions de postes mais a reconnu dans un communiqué qu'un travail était "engagé pour parvenir à la nécessaire adaptation d'IBM France aux demandes de ses clients". Suite à l’annonce de mauvais résultats le 18 avril dernier, le directeur financier d’IBM, Mark Loughridge, avait évoqué l’idée de suppressions de postes dans le monde. Et de souligner qu’elle se ferait en dehors des Etats-Unis.

"Pour autant, aucune décision n'est prise concernant un éventuel plan de sauvegarde de l'emploi (PSE)", conclut le communiqué de la direction.

Face à ces annonces, les syndicats s’inquiètent des conséquences de ces suppressions de postes en France. Ils dénoncent des "réductions incessantes d'effectifs" et "ont exigé" de la compagnie qu'elle "clarifie très vite les mesures qu'elle compte prendre pour qu'il n'y ait aucun licenciement en France".

Les responsables notent qu'il y a quinze ans, 26.000 salariés travaillaient en France, contre 9.700 aujourd’hui.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message