Ikea embauche des réfugiés

|

D’ici à 2023, la filiale française du géant suédois de l’ameublement devrait avoir intégré 180 réfugiés dans ses effectifs. Un parcours de formation de neuf mois leur est proposé.

Dady Kalindula, un étudiant congolais de 20 ans qui a fui son pays en raison des conflits armés, est désormais préparateur de commandes à l’Ikea de Reims.
Dady Kalindula, un étudiant congolais de 20 ans qui a fui son pays en raison des conflits armés, est désormais préparateur de commandes à l’Ikea de Reims.© © Inter IKEA Systems B.V./Géraldine Aresteanu

Environnement, intégration des handicapés, économies d’énergie…et réfugiés. Peu d’entreprises incluent dans leur politique RSE cet élément, mais cela commence. Comme Ingka, le holding du géant suédois de l’ameublement Ikea, qui a lancé l’an dernier dans vingt pays un programme visant à intégrer les réfugiés. Ikea France l’a repris au sein d’un projet intitulé Vivre et grandir ensemble. Les objectifs sont clairs et chiffrés : accueillir 2 500 réfugiés en leur donnant un emploi dans trente pays d’ici à 2022. En France, le nombre est fixé à 180 personnes d’ici à 2023. « À ce jour, nous en avons embauché 89 », précise un porte-parole de la filiale hexagonale. L’efficacité est plutôt au rendez-vous puisqu’environ 80 % des réfugiés pris en stage ont finalement été embauchés chez Ikea France, que ce soit dans un des 35 magasins ou en dépôt.

C’est le cas de Dady Kalindula, un étudiant congolais âgé de 20 ans qui a fui son pays en raison des conflits armés. Le jeune homme a reçu neuf semaines de formation, dont six consacrées à l’apprentissage de compétences métiers et trois en magasin. Il travaille désormais en tant que préparateur de commandes dans le magasin de Reims. Ikea s’appuie sur une association, Each One, pour recenser les profils adéquats. Les heureux élus bénéficient ensuite de l’appui de parrains ou de marraines au sein des magasins. Sabine Fischer-Mottin, responsable des ressources humaines chez Ikea à Metz, estime que cet apport est une chance pour l’enseigne : « Nous avons du mal à recruter sur certaines fonctions. Dans le même temps, nous savons que celle des réfugiés fait partie des grandes questions des dix prochaines années. Et s’ils faisaient partie de la solution ? » Ikea France a notamment de gros besoins en logistique.

La volonté de « faire changer la perception »

Au-delà de ce programme d’embauches, Ikea lance une campagne visant à « faire changer la perception » de l’image des réfugiés. Par exemple, le numéro un mondial de l’ameublement s’associe à la Jordan River Foundation, une entreprise sociale qui fait fabriquer des textiles Ikea par des artisanes réfugiées. Depuis octobre 2020, une de leurs housses de coussin, Tilltalande, est vendue dans tous les pays où Ikea a des magasins. En juin, c’est une collection entière, baptisée Lokalt, qui a été lancée sur 25 marchés avec des housses de coussin et des plaids fabriqués par la Jordan River Foundation. Ikea veut quadrupler les ventes de ces articles dans le but de soutenir 400 réfugiées jordaniennes. ??? Magali Picard

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2660

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres