Ikea ouvre son deuxième entrepôt géant en France

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Des dimensions hors normes, une forte automatisation et un approvisionnement multicanal. En ouvrant un deuxième entrepôt en France, près de Metz, l'enseigne suédoise se donne les moyens d'accélérer son développement en Europe du Sud.

Livrer la bonne quantité, au bon endroit, au bon moment et au meilleur coût, tout en limitant au maximum la manutention et en réduisant les besoins de stockage des magasins Ikea vient de se donner les moyens d'atteindre ce qui est la « ligne bleue des Vosges » de tout distributeur, en ouvrant son 21e entrepôt central, une gigantesque plate-forme de 100 000 m3 de capacité de stockage, située à la Maxe, dans la banlieue de Metz. Pour l'enseigne suédoise plus que pour d'autres chaînes, l'enjeu a son importance. Chez Ikea (qui distribue, rappelons-le, des produits pondéreux), le coût logistique représente en moyenne 15 % du coût final d'un produit. Et les deux tiers des marchandises disponibles en magasins transitent par une plate-forme. Créé huit ans après l'implantation d'une première base logistique française à Saint-Quentin-Fallavier, près de Lyon, le site de la Maxe double aujourd'hui la capacité d'approvisionnement des magasins Ikea d'Europe du Sud.

Une centralisation de plus en plus poussée

Les dimensions de l'entrepôt sont impressionnantes : 15 allées, 48 quais d'entrée et de sortie des marchandises, un roulement de 70 camions par jour. L'approvisionnement, et c'est inédit, est multicanal. L'entrepôt de Metz est, en effet, alimenté par trois voies de communication : la route, le fer et le fleuve (lire encadré). Autant de caractéristiques qui confèrent à ce site une dimension européenne. « En matière de plates-formes logistiques, on est en train de passer un cap, explique un cadre de Norbert Dentressangle. Les normes sont de plus en plus européennes, et la centralisation de plus en plus poussée. » Les investissements sont à la hauteur de l'enjeu : 350 millions de francs (53,36 millions d'euros) dans un premier temps, suivis d'une seconde enveloppe de 200 millions de francs (30,49 millions d'euros), qui permettra d'augmenter les capacités de stockage de 70 % d'ici à 2001.

Vu l'ampleur du programme, on comprend qu'Ikea ait choisi de partager les coûts en externalisant la plate-forme de la Maxe : elle est sous-traitée à l'entreprise lyonnaise Norbert Dantressangle. Une première en France, qui reflète une stratégie globale. Le géant suédois compte en effet, à terme, sous-traiter la moitié de sa logistique.

Outre ses dimensions, l'entrepôt bénéficie d'une localisation stratégique. « Nos dépôts s'inscrivent dans les logiques d'approvisionnement de nos fournisseurs », précise Philippe Monneret, directeur d'Ikea Distribution Service, la filiale logistique de la chaîne de meubles. Ikea travaille avec 2 152 industriels disséminés dans 56 pays. Chacun de ses 21 entrepôts est piloté directement de la centrale d'achats basée à Stockholm, en Suède. Celle-ci reçoit chaque jour les remontées de vente des 154 magasins dans le monde entier, et répartit ensuite les approvisionnements dans chaque entrepôt, dédié à une zone géographique précise. Celui de Metz est approvisionné, en priorité, par les fournisseurs de toute l'Europe du Nord. Ces derniers sont originaires en grand nombre de Scandinavie (24 %). C'est le système informatique d'Ikea qui se charge ensuite de l'emplacement des marchandises, en minimisant les distances.

Toujours pour réduire les coûts et les délais d'approvisionnement, l'entrepôt de Metz-la-Maxe se caractérise enfin par une très grande automatisation. Objectif : optimiser la gestion des flux d'une enseigne dont le cahier des charges est l'un des plus draconiens du secteur du meuble et qui a un nombre de références pléthorique à gérer (10 000 en moyenne sur des magasins dont les superficies oscillent entre 10 000 et 20 000 m2). Tout en jonglant avec les délais de fabrication des produits qui, des accessoires aux meubles, peuvent varier d'une semaine à sept mois ! L'automatisation vise à améliorer la visibilité des entrées et des sorties des marchandises.

La logique d'expansion du numéro un mondial

Grâce à cette gestion pointue, les délais de livraison sont réduits à trois jours et les magasins livrés quotidiennement. Il faut toujours optimiser le remplissage d'un camion. Chaque mètre cube de produits doit être déplacé sans nuisance.

Véritable interface entre les fournisseurs et les magasins, l'entrepôt est donc au coeur de la stratégie d'Ikea. Celui de Metz, qui comptera dans un premier temps (seulement !) 3 500 références, appuie directement la logique d'expansion du numéro un mondial du meuble. Le géant suédois prévoit, en effet, de doubler le nombre de ses magasins dans les quatre pays desservis par l'entrepôt de Metz d'ici à cinq ans. De 24, il devrait passer à 49 en France, en Espagne, au Portugal et en Italie. Le premier ouvrira à quelques mètres de l'entrepôt de Metz, le 4 octobre prochain. Suivront Toulon, Nantes et Marseille ainsi qu'une dizaine de magasins au Portugal et en Espagne d'ici à 2003. À peine l'entrepôt français en fonctionnement, Ikea continue sur sa lancée et prévoit d'ouvrir en octobre une plate-forme à Ostërhaout, aux Pays-Bas. Mais aux dimensions plus modestes.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1678

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA