Ikea reverse 200 millions d'euros à ses salariés

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Ikea, le géant suédois du meuble, numéro un dans le monde avec 27 milliards d'euros de chiffre d'affaires, reverse 200 millions d'euros à ses 136 000 salariés sous forme de complémentaire retraite.

Chez Ikea, 75 000 des 126 000 salariés dans le monde percevront 200 millions d'euros sous forme de complémentaire retraite.
Chez Ikea, 75 000 des 126 000 salariés dans le monde percevront 200 millions d'euros sous forme de complémentaire retraite.

1804 euros, c’est ce que touchera chaque salarié français d’Ikea en 2014. C’est le résultat du programme de partage des profits mis en place par Ingvar Kamprad, le fondateur d’Ikea. Baptisé Tack ! (merci en suédois), ce dispositif a permis le reversement de 200 millions d’euros aux salariés Ikea dans le monde, dont 17 millions pour les Français. Les critères d’attribution sont simples : après trois années fiscales consécutives passées chez Ikea, le collaborateur est bon pour le programme, quel que soit son statut, son entité.

Tack Ikea !

Pour 2014, ce sont au total 75 000 collaborateurs qui recevront une contribution à leur régime de retraite dont 8 000 en France.  La somme perçue est répartie en deux versements : un premier de 902 € placé sur un plan de retraite complémentaire et un second de 902 € perçu sous forme de prime avec le bulletin de paie. Tack! s’ajoute au programme Bonus IKEA pour tous, basé sur la performance collective, additionné au salaire de base (versé sur treize mois en France). Un effort louable de la part d'Ikea, mais qui, rapporté au chiffre d'affaires mondial (27 milliards d'euros) et français (2,3 milliards d'euros), est à relativiser.

 

1 commentaire

Patrick

11/12/2014 20h46 - Patrick

Etant salarié d'IKEA, je suis plutôt surpris par la dernière phrase de votre article qui invite "à relativiser" cet "effort louable". A l'heure où la consommation française est en berne, à l'heure où des acteurs historiques du marché du meuble se cassent la figure (Fly), notre boite choisi d'instaurer un troisième dispositif de partage des bénéfices! Oui, un troisième! Et rien ne l'oblige! pas de loi, pas d'incitation fiscale, pas de revendication des partenaires sociaux! Moi je trouve ça plutôt généreux, quoi qu'en disent les jaloux!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA