Marchés

Il y a moins d'antibiotiques dans les élevages d'animaux (Anses)

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

ETUDE L'utilisation d'antibiotiques pour les élevages d'animaux en France s'affiche globalement en baisse, c'est ce qu'indique l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail.

vache

En volume, les quantités d'antibiotiques écoulées dans les élevages de vaches, porcs, volaille et autres, ont chuté en France, de 31% entre 1999 et 2011, et de 10% pour la seule année 2011. La diminution reflète les progrès effectués par les fabricants en terme d'efficacité, avec des doses à administrer plus faibles, mais aussi les efforts des filières pour limiter l'usage de ces médicaments, estime Gilles Salvat, directeur de la santé animale et du bien-être des animaux à l'Anses.

Les porcs en tête

Un autre calcul rendant compte plus finement de l'utilisation des antibiotiques en santé animale, celle dite de "l'exposition animale aux antibiotiques", montre une baisse globale de 3,7% entre 2010 et 2011. Selon ce calcul, les baisses d'utilisation les plus importantes ont été enregistrées pour les élevages de porcs (-29% sur cinq ans et -8,6% sur un an) et de lapins (-26% sur cinq ans et -6,9% sur un an). Les reculs sont moindres pour les volailles (-4% en 2011 sur un an), les bovins (-3,6%) et très limités pour les chats et chiens (-1,5% en 2011 par rapport à 2010) selon ces chiffres de l'Anses.

Problèmes chez l'homme

Comme chez l'homme, la surconsommation d'antibiotiques dans les élevages accroît les phénomènes de bactéries résistantes aux traitements, ce qui conduit à des impasses thérapeutiques. Mais ceci n'est pas non plus sans poser un problème potentiel pour la santé humaine. L'utilisation trop intense d'antibiotiques dans les élevages "sélectionne des gènes de résistance" qui peuvent ensuite migrer vers des bactéries pathogènes pour l'homme.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA