Ils envahissent tous types de magasins

|

S'émancipant toujours plus des convenances pour s'orienter vers l'achat plaisir, les arts de la tables se distribuent désormais partout, des grands magasins aux jardineries. Et dans tous les styles !

« Depuis quelques années, nous avons dû nous adapter à la nouvelle approche des clients. Si pendant longtemps la liste de mariage était la star incontestée des arts de la table, les habitudes ont aujourd'hui changé, déclare Philippe Craeynest, président de la filiale Arts

L'éclatement des produits d'arts de la table handicape la vente au détail. On notera la progression des spécialistes meubles, confirmant l'aspect déco donné à ces produits.

de la Table de Villeroy et Boch France. Nous sommes passés d'un achat obligé, de valeur, à un achat plaisir par le biais du merchandising. » Et si la conjoncture a pu freiner cette impulsion, « là où les détaillants traditionnels ont beaucoup de difficulté, les points de ventes intégrés s'en sortent plutôt bien ». Guy Bourgeois, président de la Confédération des arts de la table insiste sur « la bonne tenue du marché dans le marasme économique ambiant ».

Le Pem, qui était déjà en légère augmentation en 2006, confirme sa percée puisqu'il est en hausse de 8,5%. En revanche, l'orfèvrerie, le linge de table et les ustensiles de cuisine accusent un léger recul.

La raison essentielle de ce maintien tient à la nouvelle passion que les Français entretiennent avec la cuisine et son univers. De fait, la préparation culinaire tire bien son épingle du jeu, et Philippe Craeynest y voit « une opportunité de développement ». Tandis que Guy Bourgeois souligne que « le petit électroménager a su se développer grâce à la nouveauté, avec, par exemple, le développement des machines à pain ».

 

De nouveaux acteurs pour les « zappeurs »

 

Le marché des arts de la table auprès des ménages (hors CHR)*, + 0,5 %**

Sources : I+C/Francéclat * Données 2008 ** Évolution versus 2006

La frontière devient de plus en plus mince entre les appareils de cuisine et les arts de la table, ce qui donne de l'appétit à de nouveaux acteurs pour répondre aux attentes de clients « zappeurs ». « Mais aussi à une forme de distribution beaucoup plus atomisée, souligne Philippe Craeynest. Ainsi, vous pouvez trouver des arts de la table quasiment partout, du grand magasin à la jardinerie. » Pour Guy Bourgeois, « nous sommes loin des codes conventionnels qui ont longtemps fonctionné. Le client est le plus souvent dans une démarche d'achat d'impulsion. Il ne va pas acheter toute une ménagère, mais plutôt compléter ce qu'il a déjà ». Tandis que Philippe Craeynest constate : « Nous devons constamment étonner en proposant des produits accessibles et divers. C'est pourquoi nous souhaitons, à coté de notre marque Villeroy et Boch, développer notre gamme Vivo afin d'entrer dans des circuits de distribution qui nous échappent pour l'instant, tel l'habitat jeune. »

De même les fabricants jouent la carte de la multifonctionnalité. La tendance est clairement au mélange des genres, des ambiances. Une richesse qui fait des arts de la table de véritables éléments de décoration.


LES TENDANCES

- Surfant sur la vague développement durable, les collections sur le thème de la nature, de la campagne fleurissent.

- Le moderne et l'urbain côtoyent le classique pour un mélange des genres.

- Face à l'engouement pour la préparation culinaire, les fabricants jouent la carte de la multifonctionnalité.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSNA

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous