Imposer la lumière naturelle et les tech nologies led

|

Dossier La réduction de la facture d'éclairage reste une priorité des magasins. Le recours aux leds et l'introduction éventuelle de l'éclairage naturel permettent en plus d'améliorer l'expérience client.

C'est un petit glissement sémantique qui en dit long. Chez Unibail- Rodamco, on ne parle plus « d'éclairage » en ce qui concerne le

Faire entrer le jour

Une grande verrière en guise d’entrée du centre commercial : à So Ouest (92), promoteur et designers privilégient un mariage lumière naturelle et artificielle pour rendre plus agréable l’expérience client.

dernier-né des centres commerciaux, le classieux So Ouest, à Levallois-Perret (92). Dorénavant, c'est de « lumière » qu'il s'agit. La nuance ? La « lumière » englobe non seulement l'éclairage artificiel, mais aussi la luminosité extérieure, largement diffusée dans le centre commercial, grâce à une immense verrière à l'entrée, puis, une myriade de puits de lumières. « Les clients, où qu'ils se trouvent dans le centre, ont ainsi toujours la sensation d'être en contact avec l'extérieur, puisqu'ils aperçoivent la lumière naturelle », souligne-t-on chez Saguez and Partners, le designer. « La lumière est repositionnée comme un vecteur d'émotion et une brique à part entière de l'expérience client », ajoute Kevin Cardona, chef de projet chez Unibail. Dorénavant, le soleil en fait donc partie.

Les responsables de magasins ont, pourtant, longtemps boudé la lumière naturelle. Il est vrai que les griefs sont nombreux : risque d'éblouissement des vitrines, apport thermique de l'extérieur... Sans parler du coût, souvent prohibitif, de l'installation de sheds (toits en dents de scie avec un versant vitré) et autres voûtes filantes.

Parcours attirant et performances thermiques

Éclairage  d’accentuation
Les magasins alimentaires, surtout, dirigent désormais les spots vers les produits.

Économies d'énergie
Les nappes lumineuses générales des magasins peuvent être constituées de points lumineux totalement leds, bien plus économes en énergie.

« Mais les choses sont en train de s'inverser dans les nouvelles constructions », relève Henri Coulloumme-Labarthe, dirigeant du cabinet Opus Light. Si les enseignes y voient un moyen de rendre le parcours client plus agréable, c'est aussi l'occasion de réaliser des économies d'énergie. « L'apport de lumière naturelle coûte cher à installer, mais il diminue le besoin d'éclairage artificiel, rappelle Henri Coulloumme-Labarthe. De plus, les nouvelles technologies de sheds ou lanterneaux ont réglé une partie des problèmes d'éblouissement, et affichent des performances thermiques très satisfaisantes. »

Au niveau des économies d'énergie, toujours, les nouveaux systèmes de gestion des éclairages permettent d'adapter le niveau de lumière artificielle, suivant l'apport de luminosité extérieure. « Ces systèmes rencontrent un grand succès, constate le spécialiste. Cela explique en partie l'engouement pour les leds, cette technologie d'éclairage à la fois économe et durable, qui se combine très bien avec la luminosité naturelle. »

L’éclairage naturel a longtemps été mal perçu. Mais la tendance s’inverse dans les constructions récentes et neuves.”

Henri Coulloumme-Labarthe, dirigeant du cabinet Opus Light

Marlène Tisse, responsable marketing et ventes pour le retail chez Philips Lighting, assiste également à la multiplication des projets en leds. « C'est aussi le signe d'une maturité technologique : les systèmes leds offrent un rendement et une qualité de lumière équivalents, désormais, aux solutions largement utilisées jusque-là dans les magasins. Même les « nappes » d'éclairage général du magasin, réservées aux tubes fluorescents, se convertissent aux leds. Castorama vient ainsi de s'équiper auprès de Philips Lighting pour son nouveau point de vente à Marseille.

Pleins feux sur les produits

Mais c'est aussi dans l'éclairage d'accentuation, nouvelle arme des enseignes pour sublimer l'expérience client, que la led déploie ses atouts, notamment sur les zones produits frais, où le rendu est crucial. « Les hypers Auchan, comme celui de Caluire (69), installent désormais des chemins lumineux à leds en parallèle des allées, plutôt qu'en perpendiculaire, afin que le flux lumineux soit dirigé vers les produits plutôt que vers le sol », constate Marlène Tisse. Le merchandising y a gagné. Tout comme le distributeur sur sa facture énergétique.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2286

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous