Indispensables innovations

|

EDITORIAL Marks & Spencer peut revenir en France parce que les dirigeants du groupe n'ont pas renié l'ADN de l'enseigne.

Yves Puget, rédacteur en chef de LSA
Yves Puget, rédacteur en chef de LSA© Stephan Gladieu

« Surtout ne tuez pas notre savoir-faire en innovations. Ne bridez pas notre capacité à dynamiser les marchés.» Telle pourrait être la supplique des distributeurs et des industriels à l'égard des candidats à l'élection présidentielle de 2012. Car, pour la 32e édition des Trophées LSA de l'Innovation, il apparaît clairement que les professionnels s'inquiètent. Le palmarès de l'édition 2011 démontre qu'ils ne veulent pas se résoudre à la paupérisation de l'offre et des concepts. Certes, les gadgets se font plus rares. Bien évidemment, les surpromesses sont reléguées dans les placards. Mais les innovations, les vraies, celles qui sont pleines de bon sens, celles qui dopent les ventes et celles qui créent des marchés sont toujours là. Elles sont plus que jamais nécessaires pour inciter les consommateurs à dépenser mieux et davantage.

Selon le sondage exclusif d'Ipsos pour LSA, ces mêmes consommateurs sont pourtant diablement préoccupés par leur pouvoir d'achat. Ils estiment même qu'il s'agira de l'une des principales thématiques du grand rendez-vous politique de 2012. Il conviendra de ne pas l'ignorer, et donc de tout faire pour maintenir des prix raisonnables. Mais les professionnels savent que du côté des politiques, surtout des candidats en période électorale, les vaines promesses l'emportent souvent sur le bon sens. Si pour l'année à venir, un voeu doit alors être formulé, ce serait que les prétendants à l'investiture et les partis qui les soutiennent deviennent enfin raisonnables. Qu'ils comprennent qu'il ne faut pas brider les capacités d'innovation des entreprises et des entrepreneurs. Depuis 2000, le total des prélèvements fiscaux sur le commerce a ainsi augmenté de 66%, alors que la valeur ajoutée du secteur ne s'est accrue que de 40% et son chiffre d'affaires de 31%. Des magasins comptent une vingtaine de taxes différentes. Les rénovations et les créations de points de vente, les embauches de salariés (mais aussi les augmentations salariales) ne pourront se faire si les marges sont ainsi mises sous pression. Il en va de même pour les industriels, qui ne peuvent moderniser leurs sites de production, investir en recherche et développement si des impôts sont décidés à la va-vite et surtout sans concertation. Ainsi, il est encore temps de s'interroger sur les incohérences du projet de taxe sur les sodas.

Mi-décembre, le projet de loi de finances 2012 passera devant la Commission mixte paritaire. En attendant le verdict, industriels et distributeurs sont contraints de plancher sur les budgets et plans d'affaires 2012. Sans connaître précisément le montant des taxes - entre celles plus ou moins annoncées et celles qui pourraient être inventées, amplifiées ou élargies dans un nouveau tour de vis - auquel il faudra faire face l'année prochaine. Les acteurs de la grande consommation ne rejettent pas l'idée de contribuer davantage à l'« effort national». Ils en connaissent la nécessité. Ils réfutent simplement l'incohérence, voire l'amateurisme de quelques projets. Ils réclament une remise à plat de fond, plus qu'un amoncellement de «mesurettes». Les hommes et femmes politiques, de droite comme de gauche, doivent comprendre que la consommation est le moteur de notre croissance. Et que, justement, les marchés qui innovent sont ceux qui progressent. Limiter les capacités d'innovation reviendrait à prendre de sérieux risques sur la bonne tenue de la consommation.

Découvrez l’actualité des Trophées de l’innovation 2015

Suivez les Grands Prix des Trophées 2014  de l’innovation

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2208

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous