Inditex renforce son leadership

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe propriétaire de Zara a maintenu en 2011 une croissance à deux chiffres de ses bénéfices. Grâce au développement en Amérique du Nord et en Asie, 2012 s'annonce aussi sous de bons auspices.

Oysho, La Corogne, Espagne
Oysho, La Corogne, Espagne© DR

Où s'arrêtera Inditex ? En 2011, le numéro un mondial du textile est parvenu à ouvrir 483 magasins dans 49 marchés, pour une croissance de ses ventes, à superficie comparable, de 4%, mieux que les années précédentes. En matière d'expansion, il prévoit de faire au moins aussi bien en 2012 (entre 480 et 520 inaugurations programmées), l'Hexagone devant accueillir une quinzaine d'unités, dont un tiers de Zara, alors que le parc de magasins espagnol restera stable et que l'Asie, Chine en tête, sera son objectif prioritaire.

 

Forte identité espagnole

« L'évolution d'Inditex dépend davantage de nous-mêmes que des circonstances économiques. Il est évident que la baisse de la consommation nous affecte, mais elle nous affecterait encore plus, par exemple, si nous venions à nous tromper dans une collection déterminée », a rappelé Pablo Isla, président du groupe, lors de la présentation des résultats 2011, dans une claire allusion au climat de crise outre-Pyrénées. Pourtant, si ce marché n'a pesé, lors du dernier exercice, qu'un quart du chiffre d'affaires total, de 13,9 Mrds E (+ 10%), les ventes de Zara, Bershka, Pull et Bear ou Stradivarius y ont tout de même progressé de 1%. « Et nous avons en Espagne 5 000 fournisseurs qui gagnent 2 Mrds € par an grâce à nous, chiffre qui s'accroîtra encore cette année », a précisé Pablo Isla, comme pour mieux rappeler l'identité espagnole d'Inditex. De fait, son modèle de production de proximité, où plus de 50% des vêtements proviennent d'Europe du Sud et du Maroc, reste plus que jamais à l'ordre du jour.

 

De nouveaux marchés

Commercialement, le groupe, en s'appuyant sur son vaisseau amiral Zara (8,9 Mrds € de chiffre d'affaires), privilégie les marchés plus lointains et moins mûrs. Ainsi, en Europe - 45% des ventes -, les 8 ouvertures françaises de 2011, dont 3 Zara, doivent être comparées à l'avalanche d'inaugurations en Pologne (50), Russie (49), Roumanie (21) ou Ukraine (14). Dans les mois prochains, Zara entrera en Géorgie et en Macédoine. Le parc asiatique s'est enrichi en 2011 de 165 boutiques dont 15 au Japon, 13 en Corée et 132 en Chine (dont 30 Zara, 17 Oysho et 5 Zara Home) ! Dans ce pays, Inditex compte déjà 275 points de vente et, malgré les interrogations sur le taux de croissance de l'économie chinoise, les perspectives sont impressionnantes, d'autant que le magasin en ligne de Zara entrera en service à la fin de l'année.

Se refusant à imiter son rival, Mango, qui a annoncé récemment une baisse de 20% de ses tarifs, le géant de La Corogne a par ailleurs renforcé en 2011 sa politique de « localisations emblématiques ».

 

Nouveau centre logistique

Sur 1,3 Mrd € investis, 103 M € ont été destinés à l'acquisition de l'immeuble Zara sur le corso Vittorio Emmanuele II, à Milan, et à peu près 230 M € à l'achat de l'immeuble new-yorkais qui accueille depuis peu le flagship mondial de Zara, sur la Cinquième Avenue. « Plus transparent et plus accueillant », selon Pablo Isla, avec une offre plus lisible, distribuée sous forme de corners, et un éclairage soigné, cet espace de 3 600 m² servira de modèle pour la rénovation des plus de 1 630 Zara existants (116 en France). En effet, le groupe ne prévoit pas de lever le pied. Hors éléments exceptionnels, l'investissement courant cette année, de 950 M €, sera même supérieur à celui de l'an passé. Sur ce total, l'extension de 70 000 m² du siège social d'Arteixo, devenu trop petit, représentera 100 M €, tout comme la construction du nouveau centre logistique de Massimo Dutti près de Barcelone, une « future référence mondiale dans la logistique de vêtements sur cintres ». Avec un bénéfice net 2011 de 1,9 Mrd € (+ 12%), Inditex a les moyens de sa politique. En Espagne, les journaux se font un plaisir de comparer ses bonnes performances avec celles de l'ex-numéro un mondial, H et M, dont les ventes et les bénéfices 2011 ont chuté respectivement de 13% (à 10,9 Mrds €) et de 15% (à 1,7 Mrd €).

Chiffres

+ 12% L'évolution du bénéfice net, à 1,93 Mrd €

+ 10% L'évolution du CA, à 13,80 Mrds E exercice clos fin janvier 2012

5 527 Le nombre de magasins (82 pays)

+ 10% L'évolution de l'Ebitda, à 3,26 Mrds €

 

1. EN SE DÉVELOPPANT FORTEMENT EN ASIE

Outre-Pyrénées, malgré la crise, les ventes ont légèrement augmenté sur un an, de 1%. C'est surtout L'Asie qui s'est enrichie de 165 boutiques, dont 132 en Chine, qui compte déjà 275 points de vente.Les perspectives restent impressionnantes.

2. EN RÉNOVANT SES CONCEPTS

Inditex mène une politique de rénovation constante de ses concepts. Outre Zara, avec le nouveau flagship de New York, Bershka, enseigne de mode branchée jeune, et Oysho, spécialiste de la lingerie et du vêtement d'intérieur, arborent depuis peu une nouvelle image.

3. EN SE DÉPLOYANT SUR INTERNET

Après son implantation dans 18 pays européens, la vente en ligne s'est étendue en 2011 aux États-Unis et au Japon et est attendue fin 2012 en Chine. Le groupe ne donne pas de chiffre sur son poids dans les ventes, mais le site de Zara recevrait plus d'un million de visites par jour.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2221

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA