Marchés

Industriels et distributeurs du sport veulent standardiser leurs pratiques supply chain

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les acteurs de la filière se sont regroupés sous l’égide d'ECR France dans une association, ECR Sport. Ce groupe de travail planche sur la définition d’indicateurs communs de performances supply chain.

Puma Nailloux Fashion Village

Un manuel de bonnes pratiques vient ainsi d’être publié. Il contient la définition et le mode de calcul de 6 indicateurs par typologie de produits, saisonniers et permanents. Le groupe de travail a également intégré, dans le manuel, les notions de priorité de mise en oeuvre et de délai d’application de chacun de ces indicateurs. Ceux-ci sont destinés à mesurer la performance de la chaine logistique sous tous ses aspects : qualité de service, présence linéaire, qualité de stock, taux d’écoulement.

Pour Denis Deumier, directeur supply chain d’Intersport, « en quelques séances de travail communes, nous avons abouti à la définition de ces indicateurs communs. C’est une avancée vraiment significative, particulièrement pour notre réseau Intersport qui a une partie très importante de ses flux en livraison directe magasins. Mais les indicateurs n’ont de pertinence que s’ils sont mesurés, contrôlés, échangés, et qu’ils entraînent des plans d’actions d’amélioration : c’est ce sur quoi nous travaillons maintenant, toujours avec l’appui d’ECR »

Des standards logistiques

« Cette initiative se poursuivra par le partage de nos performances via une plateforme d’échange. Cet outil de benchmark permettra ainsi de nous situer par rapport aux autres acteurs du marché et ainsi mieux cibler nos forces et faiblesses », ajoute France-Anne Chrétien, responsable supply chain de Babolat.

Selon Christophe Gante, directeur des opérations d’Adidas, « l’objectif est de standardiser et de fiabiliser nos échanges, et de passer plus de temps sur l’amélioration de l’indicateur que sur son mode de calcul ».

«Nous souhaitons harmoniser le déploiement de standards logistiques, et cela passe aussi par échanger les mêmes indicateurs entre les différents acteurs, dans le but d’accroître le service client », souligne de son côté Gérald Paya, directeur logistique de Puma.

Se comparer facilement

Ce manuel de bonnes pratiques a été présenté à la communauté du sport le 4 décembre à Paris. Sa publication s’accompagnera de la mise en place d’une plateforme conjointe de suivi des indicateurs. Pilotée par ECR France, celle-ci permettra aux acteurs du secteur de disposer d’une référence de la performance logistique du marché et de se comparer facilement et en toute confidentialité à la moyenne ou au « best-in-class » pour un indicateur sélectionné.

La mise en oeuvre de la feuille de route de modernisation logistique devrait se prolonger en 2014 avec un projet sur l’harmonisation des pratiques logistiques du processus commande-livraison. En parallèle de ces travaux, la société Redisport, filiale d’ECR Sport, devient la plate-forme de référence en matière d’échange EDI et de dématérialisation des documents.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA