Inflation des prix dans l'alimentaire: la facture pourrait être de 224 euros par personne en 2022

|

Selon Allianz Trade, les prix des distributeurs alimentaires pourraient croître de +9,4% cette année en Europe, et de +8,2% en France.

En France, les prix des distributeurs alimentaires pourraient croître de +8,2%, et engendrer une hausse des dépenses alimentaires annuelles de +224 euros, pour atteindre 2 963 euros
En France, les prix des distributeurs alimentaires pourraient croître de +8,2%, et engendrer une hausse des dépenses alimentaires annuelles de +224 euros, pour atteindre 2 963 euros © 123rf/belchonock
"À cause de l’inflation, les dépenses annuelles alimentaires des français pourraient croître de +224 euros par personne en 2022", assure la dernière étude des experts Allianz Trade, qui porte sur l’inflation alimentaire en Europe et en France et ses conséquences pour les consommateurs. Alors qu’ils ont déjà cru de +31% en 2021, le prix des denrées alimentaires agricoles pourrait à nouveau croître de +23% en 2021. "En cause, entre autres, une hausse généralisée du coût des intrants pour le secteur agricole (engrais, électricité, carburant), des années de baisse des rendements agricoles se traduisant par de faibles stocks et plus récemment, et l’invasion de l’Ukraine, qui a affecté l’approvisionnement en denrées alimentaires de base et a eu des répercussions sur les produits de substitution", peut-on lire dans le communiqué de Allianz Trade. 
Le pire est à venir... 
Pour le moment, la hausse du prix des denrées alimentaires agricoles ne s’est pas totalement répercutée sur les prix de ventes pratiqués par les distributeurs alimentaires. En effet, si les industriels du secteur agroalimentaire européen ont augmenté leurs prix de +14% depuis le début de l’année 2021, les distributeurs de produits alimentaires n’ont en revanche augmenté leurs prix que de +6%. Ainsi, moins de la moitié de l’inflation des prix des produits alimentaires constatée en amont a été répercutée sur les prix auxquels sont vendus ces produits aux consommateurs finaux, les ménages. « Il s’agit d’une situation transitoire : les prix pratiqués par les distributeurs finissent, dans l’ensemble et avec un certain décalage dans le temps, par refléter les hausses de coûts en amont. Face à la situation actuelle, avec des volumes de ventes en recul et une inflation particulièrement forte, la rentabilité des distributeurs alimentaires européens est sous pression. Ils n’auront d’autre choix que de répercuter cette hausse de coûts sur leurs prix de ventes tout en essayant de préserver leurs parts de marché, dans un secteur très concurrentiel. Pour le consommateur final, il ne fait aucun doute que le prix moyen du panier va continuer d’augmenter », développe Aurélien Duthoit, conseiller sectoriel chez Allianz Trade.
Les prix des distributeurs pourraient croître de +9,4% en Europe et de +8,2% en France. Allianz Trade estime ainsi que les distributeurs alimentaires européens répercuteront 75% de la hausse des prix des producteurs alimentaires observée depuis janvier 2021 sur leurs prix de ventes finaux. Ainsi, les prix des distributeurs alimentaires européens pourraient croître de +9,4% cette année. Dans ce contexte, les dépenses alimentaires annuelles des consommateurs européens croîtront en 2022 de +243 euros par personne rapport à 2021, pour atteindre 2 530 euros. «Le consommateur allemand sera parmi les plus affectés, avec une hausse des prix des distributeurs alimentaires estimée à +10,7% en 2022, et donc une hausse des dépenses alimentaires annuelles estimée à +254 euros sur un an. En France, les prix des distributeurs alimentaires pourraient croître de +8,2%, ce qui engendrerait une hausse des dépenses alimentaires annuelles de +224 euros par personne cette année, pour un total atteignant 2 963 euros», détaille Aurélien Duthoit.
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter