Inquiétante plongée dans le rouge pour Amazon

|

Deuxième trimestre consécutif de pertes pour Amazon et, cette fois, c'est du lourd : avec 437 millions de dollars brûlés entre juin et septembre, le site américain inquiète de plus en plus les investisseurs.  

Certes, Amazon n’a jamais gratifié ses actionnaires de résultats faramineux « à la Apple ». Mais ceux présentés hier par le numéro un mondial de la vente en ligne ont, cette fois, de quoi décontenancer les plus optimistes d’entre eux. Le groupe de Jeff Bezos a en effet enregistré sur le troisième trimestre clos à fin septembre une perte nette de 437 millions de dollars et ce après une perte de 126 millions au deuxième trimestre. Si les autres données sont bonnes, comme le chiffre d’affaires en hausse de plus de 20 % sur la période à 20,58 milliards de dollars, le résultat inquiète de plus en plus du côté de Wall Street où la patience des investisseurs commencent à sérieusement s’émousser. « Jeff Bezos va-t-il continuer longtemps à diriger son organisme caritatif plutôt qu’une entreprise qui gagne de l’argent grâce à ses millions de clients ? », s’agaçait hier le site d’analyses financières 247wallst.com.

Des résutats qui suscitent des moqueries sur Twitter (référence au rachat par Jeff Bezos en 2013 du quotidien américain le Washington Post)...

 

Car le site semble parti pour renouer avec les années 90-début 2000, où il bouclait constamment des exercices dans le rouge.

 

 

Mais, jusqu’à présent, les investisseurs attendaient patiemment leur heure. Se rassurant en regardant l’avantageuse courbe de chiffre d'affaires du site.

 

 

Courbe qui devrait encore croître de plus de 20 % pour l’exercice 2014, avec un chiffre d’affaires annuel qui devrait s’établir aux alentours de 90 milliards de dollars.

Mais si Amazon continue d’engranger de nouveaux clients, il semble qu’en ce qui concerne le business model, il pilote à vue. Pour preuve, le directeur financier du groupe, Thomas Szkutak, qui anticipe un résultat net au dernier trimestre compris entre une perte de  570 millions de dollars et un profit de 460 millions... Débrouillez-vous avec ça messieurs les financiers ! En ce qui concerne le chiffre d’affaires, il devrait s’établir sur la période entre 27,3 et 30,3 milliards. Si c’est la fourchette basse, la croissance de l’activité ne serait que de 6,6 % par rapport au dernier trimestre 2013, soit la hausse la plus faible de l’histoire du site...

Parti dans une course folle à la croissance, Amazon, tel l’autobus dans le film Speed, ne peut pas se permettre de décélérer tant ses investissements (sur les prix, les entrepôts, les lancements de produits comme son Fire Phone aux ventes décevantes...) sont importants et peuvent mettre en danger son « équilibre » financier. 

Présent sur tous les fronts (du commerce au high-tech, en passant le cloud avec Amazon Web Service, les produits culturels, la vidéo...), Amazon devra peut-être un jour abandonner certaines coûteuses batailles, sous peine de perdre une guerre qui semble devenir de plus en plus intenable.

 

EDIT: La situation d'Amazon inquiète jusqu'à Steve Ballmer qui se dit inquiet quant à l’avenir d’Amazon. L'ancien président de Microsoft accuse la gestion des responsables de la firme. Selon lui, ils ne seraient tout simplement pas des hommes d’affaires. Un point de vue qu’il argumente en affirmant que d’aussi loin qu’il se souvienne, Amazon a toujours réalisé des résultats négatifs. Cependant, alors qu’il était PDG à Microsoft, il a pu générer 250 milliards de dollars

.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter