L'intelligence artificielle, une menace pour nos emplois ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

On ne peut pas ralentir l'avènement de l'intelligence artificielle, mais ce ne serait pas non plus notre intérêt, explique Loïc Winckelmans, fondateur de Retviews, solution belge de veille concurrentielle pour les enseignes de mode.

Loïc Winckelmans, fondateur de Retviews.
Loïc Winckelmans, fondateur de Retviews.© Retviews

La capacité de l'humain à traiter des quantités massives d'information, ainsi que sa capacité à créer des structures cérébrales artificielles capables de reproduire nos raisonnements a, depuis quelque temps, ouvert le débat de la menace que représente l'intelligence artificielle sur le marché de l'emploi.

Avant de prendre position sur le caractère menaçant de ces avancées technologiques, prenons le temps de contextualiser et de définir certains éléments de réflexion.

Tout d'abord l'intelligence artificielle ne sera jamais, comme le suggère la science-fiction, une réplique exacte de l'intelligence humaine. En effet, par construction même, les procédés d'apprentissage des machines sont construits pour apprendre à répliquer une intelligence processive, c'est à dire répéter une tâche précédemment réalisée et définie. En effet, les machines peuvent lire, conduire, regarder, calculer ou parler car elles apprennent de jeux de données dans lesquels ces activités ont déjà été réalisées. Jusqu'à preuve du contraire le raisonnement créatif, la capacité entrepreneuriale, le libre arbitre, la contradiction ou l'émotion ne sont pas assimilables par la machine.

Ensuite, précisons l'état actuel du marché de l'emploi. Le taux de chômage en France croit inébranlablement depuis plusieurs dizaines d'année. De plus, bien que la culture française, monarchiste et révolutionnaire, se plaise à en responsabiliser nos gouvernements successifs, cette croissance est indiscutablement le résultat de facteurs structurels tels le manque de croissance économique en Europe ou l'inégalité de la formation.

Finalement, mentionnons que le taux d'emploi a pour fonction principale de contribuer au pouvoir d'achat du citoyen ainsi qu'à l'arsenal social du pays.

Le développement actuel de l'intelligence artificielle est source de croissance économique et par conséquent de création d'emplois au sein de notre population. Bien sûr l'économie se mue, bien sûr les cycles de Kondratiev se succèdent et bien sûr les réticences au changement sous prétexte d'un équilibre passé, obsolète dans les faits mais rassurant dans les esprits, pénalisent à terme les civilisations n'embrassant pas le progrès. Nous n'avons en réalité que très peu de choix face à l'avènement de l'intelligence artificielle.

Ensuite, faisons l'introspection de notre système économique actuel. L'argument du fordisme justifie depuis des dizaines d'années que des profils professionnels exécutent des tâches répétitives et processives. A tel point qu'une fois la première génération de robots développés, ces tâches soient remplaçables par ces derniers. Or l'humain est lui-même une machine formidable, capable de créativité, d'inspiration, d'entrepreneuriat et d'émotions. Était-il vraiment nécessaire de réduire la majorité de son activité à une tâche processive et rébarbative, sous prétexte des arguments fordistes et de la productivité ? Quel échec de civilisation. Servons-nous de la révolution en cours comme catalyseur pour balayer l'idée que l'humain soit aliénable à des tâches robotisables. La prochaine économie se doit d'être une économie au sein de laquelle les intelligences humaines et artificielles excelleront chacune dans leurs domaines de prédilection.

Enfin, l'essentiel de notre prise de position ne se situe pas dans l'adhésion ou non à l'intelligence artificielle mais dans l'utilisation de son potentiel pour redéfinir les formes de notre économie. Investissons de manière décomplexée dans les perspectives de croissance économique liées à l'intelligence artificielle. Assumons que les emplois remplacés étaient de toute manière inadéquats à l'humain et réinvestissons les bénéfices de la croissance dans des modèles sociaux prônant plus de créativité, de liberté, de sécurité, de formation et d'accomplissement pour le citoyen. On pense par exemple au revenu universel ou à une quelconque redistribution de la richesse créée par l'intelligence artificielle. Le modèle de redistribution reste à définir ainsi que la compétitivité d'un système publique qui capture de la valeur dans une industrie en croissance au niveau mondial. Cependant ce combat offre la perspective de renouvellement de notre modèle social qui s'essouffle grandement.

En conclusion, l'intelligence artificielle est certainement menaçante pour une série d'emplois d'aujourd'hui. Elle est aussi une composante inévitable de nos économies futures ainsi qu'une chance fantastique, de créer de la croissance et de redéfinir notre système social. L'Europe a toujours excellé technologiquement et socialement à l'échelle mondiale. Travaillons à conserver cette réussite plutôt que de nous effrayer de ses nouveaux ingrédients. La carotte est trop belle.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA