Interdiction des camions dans Paris : quel impact sur les livraisons des magasins et de l'e-commerce ?

|

Réunion importante à la mairie de Paris le 9 février 2015  : les poids lourds les plus polluants seront interdits, entre 8 heures et 20 heures, dès juillet 2015, avant que les camionnettes ne le soient en 2016. Une interdiction qui va impacter directement l’approvisionnement du commerce et les livraisons du e-commerce vont être touchés. Notamment  32 millions de tonnes de marachandises sont livrées par semaine en moyenne.  

Les poids lourds polluants seront interdits dans Paris, entre 8 heures et 20 heures, dès juillet 2015.
Les poids lourds polluants seront interdits dans Paris, entre 8 heures et 20 heures, dès juillet 2015.© illustrez-vous - Fotolia

La Mairie de Paris va prendre plusieurs mesures lors d’une réunion du Conseil de Paris le 9 février 2015 prochain pour limiter l’accès des poids lourds les plus polluants à partir du 1er juillet 2015 dans Paris. La mesure concernera les poids lourds antérieurs à 2001 sur le territoire parisien, de 8 heures à 20 heures (hors périphérique). Mais en 2016, la mesure s’appliquera aussi aux utilitaires légers.

La fin du diesel en 2020
A terme, c'est-à-dire d’ici 2020, la maire de la Ville, Anne Hidalgo, veut porter l’interdiction à tous les véhicules diesel, tandis que l’hyper-centre de Paris serait pratiquement inaccessible à tous les véhicules. Ces décisions, probablement bonnes pour la santé des Parisiens, pourraient poser d’énormes problèmes pour les livraisons, même si Anne Hidalgo s’en défend.

Aide financière promise
"Il ne s’agit pas d’avoir une mesure couperet qui ne leur permettrait plus d’exercer leur activité. Je suis garante de la bonne poursuite de leur activité. Nous leur proposons ainsi de les accompagner par une aide financière à l’acquisition d’un véhicule propre, qui viendra s’ajouter à celle de l’Etat", a-t-elle indiqué dans une interview au journal Le Monde.

3 % du trafic concerné dans un premier temps
Les professionnels restent toutefois très inquiets. L’organisation des PME du transport routier s’oppose aux nouvelles contraintes. "Non à l’objectif de 100 % des véhicules non diesel d’ici 2020, alors qu’il n’existe pas d’alternatives", a-t-elle fait savoir. Le Medef s’y oppose. La première mesure "ne concerne que 3 % du trafic et le périphérique n’est pas concerné. Mais que va-t-on faire des camions qui viennent de la couronne ?", interrogeait Jérôme Dubus sur BFM TV.

32 millions de tonnes de marchandises livrées
Chaque semaine à Paris, ce sont en effet 1,5 million de livraisons et enlèvements pour 32 millions de tonnes de marchandises. L'essor du e-commerce et la prolifération des petits supermarchés augmentent de 20 à 30 % par an les livraisons aux Parisiens, provoquant un manque de place de livraisons. De nombreux politiques ont réagi plus ou moins favorablement à la mesure, mais certains regrettent que les décisions du Conseil de Paris ignorent la nouvelle métropole du Grand Paris, et que les mesures soient prises à cette échelle.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message