Equipmag 2014

Interdire les sacs plastiques coûterait 300 millions € aux commerçants, selon la FCD

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

En réponse au projet gouvernemental d’interdire tous les sacs plastiques à compter du 1er janvier 2016, la Fédération du commerce et de la distribution oppose deux séries d’arguments : un surcoût pour les commerçants, qui « entraînera des hausses de prix » ; et le caractère indispensable de sacs pour les fruits et légumes, « pour des raisons d’hygiène et de sécurité ». La FCD est rejointe sur ce deuxième point par les détaillants de fruits et légumes.

Pour des raisons économiques mais aussi d'hygiène et de sécurité, la FCD ne souhaite pas que soit interdit l'usage des sacs plastiques dans les rayons fruits et légumes.
Pour des raisons économiques mais aussi d'hygiène et de sécurité, la FCD ne souhaite pas que soit interdit l'usage des sacs plastiques dans les rayons fruits et légumes.

La polémique ne fait que commencer.  Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et de l'Energie, vient de fait adopter un article de loi les interdisant à partir du 1er janvier 2016. Les magasins vont probablement passer au sac en papier pour les petits achats, ou vendre des sacs réutilisables. Si la plupart des enseignes ont déjà supprimé la mise à disposition de sacs de caisse gratuits, de nombreux magasins de proximité en proposent encore. Surtout, les sacs non réutilisables sont quasiment hégémonique dans un rayon comme les fruits et légumes.

Le gouvernement sur la même ligne que l'Union Européenne

De quoi faire réagir la FCD, avec un double argument. D’abord, la suppression des sacs concernerait aussi les fruits et légumes. Or, selon le syndicat, « ces 12 milliards de sacs fruits et légumes, distribués chaque année, sont indispensables pour des raisons d’hygiène et de sécurité ». Un argument également repris par les détaillants de fruits et légumes.

Ensuite, la FCD alerte sur le fait que, selon elle, « cette mesure, adoptée sans concertation, représente un surcoût de 300 millions d’euros et entraînera une hausse des prix, notamment des fruits et légumes. A l’heure où les Français sont inquiets pour leur pouvoir d’achat, une telle inflation sur des produits alimentaires de première nécessité est un frein supplémentaire à la consommation », assure le syndicat.

Le contenu de l’initiative gouvernemental reprend plus ou moins le projet législatif de l’Union Européenne, dévoilé en avril dernier. L’UE veut faire la chasse aux sacs non réutilisables, surtout les plus fins d’épaisseur. En fruits et légumes, il s'agirait de les remplacer par des sacs en papier recyclé ou en plastique biodégradable d’ici 2019. La viande crue, le poisson et les laitages pourraient encore être emballés dans du plastique. pour leur substituer

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA