Intermarché Marseille sécurise son cash management

|

Dans les quartiers nord de Marseille, Fabienne et Cédric Merrien, adhérents Intermarché, ont limité les interactions avec les espèces pour sécuriser le magasin, ses équipes et ses clients.

Commerçants dans l’âme, Fabienne et Cédric Merrien ont quitté l’univers de l’optique pour ouvrir un petit supermarché sous enseigne Intermarché en septembre 2012. La grande surface de 850 m2, située dans les quartiers nord de Marseille, a su rapidement se faire une clientèle, mais elle a aussi attiré les voleurs… et a été braquée trois fois sur des périodes très courtes après son ouverture. « Ces braquages ont eu un effet extrêmement négatif sur notre personnel et sur nos clients, commente Fabienne Merrien. Plusieurs de nos caissières ont été traumatisées et, une fois, les voleurs sont repartis avec la voiture d’une cliente. » Face à cette problématique, les adhérents d’Intermarché se sont renseignés sur les solutions existantes, et celle de Gunnebo, SafePay, leur a semblé adéquate.

« Avec SafePay, l’objectif consiste à authentifier et sécuriser les espèces, que cela soit pour un paiement ou un rendu, tout en supprimant la gestion du fond de caisse, explique Didier Ladegaillerie, responsable de l’activité cash handling chez Gunnebo France. Malgré le développement de nouvelles solutions de paiement, le pourcentage d’espèces en circulation est en augmentation. »

Nous n’avons plus de coffre ni de caisse à gérer et toutes les manipulations d’argent ont ainsi été supprimées. » Fabienne Merrien, adhérente Intermarché Marseille

Fabienne Merrien, adhérente Intermarché Marseille

 

En autonomie

La solution SafePay s’installe en ligne de caisses et dispose d’un fonds de paiement intégré Dans son mode de fonctionnement, elle optimise le rendu des espèces via un algorithme, l’objectif consistant à garder suffisamment de monnaie pour effectuer une journée complète sans avoir à recharger l’automate. Le recyclage se fait sur l’ensemble des dénominations pièces et billets.

Toute la gestion de l’automate se fait ensuite informatiquement via le logiciel CashControl de Gunnebo. Les responsables de magasin connaissent en temps réel le montant des liquidités en caisses et reçoivent des alertes si le niveau de monnaie descend trop bas. Autre possibilité du système, le transporteur de fonds, la Brinks dans ce cas, peut également recevoir ces informations et ainsi optimiser ses passages en points de vente. Il peut alors avancer sa tournée si les caisses se remplissent plus vite qu’attendu et inversement.

L’installation d’une SafePay pour un îlot de deux caisses a nécessité quelques ajustements, puisque le module se greffe après le tapis. « Cette solution a nécessité un investissement important de notre part, détaille la dirigeante, mais elle a répondu à notre problème de sécurité et nous n’avons plus eu de braquage. La mise en place de cet équipement a également rassuré le personnel, et la prise en main par les clients s’est faite rapidement, même auprès de notre clientèle âgée. » L’utilisation se révèle en effet très simple. De plus, le système écarte de lui-même les billets ou les pièces jugés douteux. En cas de doute sur la transaction, l’hôtesse de caisse peut faire revenir la monnaie insérée.

60 milliards d’euros

Le coût de gestion des espèces pour le marché global en Europe

Source : BCE

« Une montée de la demande »

Au-delà de la sécurité, l’Intermarché marseillais a également optimisé sa main-d’œuvre. Les étapes de comptage des caisses ou encore l’approvisionnement en monnaie disparaissent, tout étant géré par le transporteur de fonds. « Le coût de gestion des espèces se monte à 60 milliards d’euros pour le marché global européen, détaille Didier Ladegaillerie. Ce service est donc coûteux et les enseignes en prennent conscience depuis deux à trois ans. Et on constate une montée de la demande pour automatiser la gestion des espèces. » D’ailleurs, au sein même du réseau Intermarché, les adhérents s’intéressent aux solutions déployées chez les Merrien, autant pour l’aspect sécuritaire que pour l’optimisation de la gestion des liquidités.

La solution SafePay

  • Installation après le tapis de caisse
  • Accepte les billets et toutes les pièces
  • Fonds de caisse intégré pour le rendu de monnaie (max. 1 000 billets et 4 000 pièces)
  • Gestion et maintenance suivies informatiquement

Ses atouts

  • Limite la manipulation des espèces
  • Sécurise le magasin
  • Nouvelle interaction entre les hôtesses de caisse et les clients
  • Baisse du coût de gestion des espèces

Les chiffres

  • 850 m² La surface du magasin
  • 10 M € Le chiffre d’affaires en 2014
  • 35 Le nombre d’employés
  • 7 Le nombre de caisses, dont 5 liées à des SafePay
Source : Intermarché

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2370

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous