Intermarché met la main sur Topco dans le Sud-Ouest

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La branche Sud-Ouest d'ITM prend possession de l'essentiel de la partie distribution du groupe corrézien Nougein.

Certes, ce n'est pas le rachat du siècle. Mais en ramenant dans son giron une bonne part de l'activité distribution du groupe régional Nougein, Intermarché prouve une nouvelle fois (après le rachat de Spar en 1998 et la présentation de son concept de supermarchés fin septembre) sa capacité à croître dans un secteur où les affaires se raréfient.

Un message que les 5 000 Mousquetaires réunis en congrès mardi 7 décembre par l'enseigne à Villepinte ont dû apprécier à sa juste valeur. D'autant que l'acquisition devrait se traduire, une fois les magasins rénovés, par un bon demi-milliard de francs de chiffre d'affaires supplémentaire.

« C'est une bonne opération pour les deux partenaires : Intermarché se renforce en zone rurale et Nougein est assuré que l'emploi sera préservé. » Selon Alain Salomon, responsable de l'Intermarché de Villefranche-de-Rouergue et chargé de la communication d'ITM Sud-Ouest, le facteur humain a été déterminant dans la décision du groupe Nougein de céder 32 de ses 35 supermarchés Topco.

Effective le 3 janvier prochain, la vente, dont le montant est gardé secret, comprend la plate-forme de Brive (10 000 m2), qui alimente quelque 60 points de vente ruraux. « Nous leur proposerons de devenir des Relais des Mousquetaires. Quant à la plate-forme, qui est très bien située, nous ne savons pas si elle sera généraliste ou spécialisée », poursuit l'adhérent.

Réouverture avant le premier semestre 2000

À la tête du holding familial (800 salariés, 1 milliard de francs de CA, soit 154 MEUR) depuis 1974, Claude Nougein reconnaît que plusieurs groupes le sollicitaient pour sa filiale Topco Supermarchés SA, affiliée à la Francap. « À l'heure où les enseignes s'internationalisent, nous étions le dernier groupe régional. Nous aurions pu le rester encore quelques années, mais autant vendre au bon moment, sans y être contraint. »

Constitué à partir de l'épicerie en gros créée après-guerre par Jean Nougein, le père de Claude, le groupe corrézien a compté jusqu'à 40 Topco, surtout en Limousin mais aussi en Auvergne et dans le Grand Sud-Ouest. Nougein détient également 50 % du centre commercial briviste de La Vézère (un hyper Continent et une galerie de 50 boutiques), 16 franchisés Leader Price (200 salariés, dont 5 ex-Topco), bientôt complétés par les 3 Topco qui ne font pas partie de la cession à ITM et une filiale d'immobilier qui reste propriétaire des bâtiments Topco (18 000 m2 de surface de vente).

« Tout le monde est sur le pont pour ce rachat. Le planning formation d'ITM a été bouleversé, car tous les magasins repris doivent rouvrir durant le premier semestre 2000. » Alain Salomon précise : « Les études sont en cours, mais nous savons qu'il y aura 20 Écomarché, 1 Intermarché, 3 CDM et 1 Logimarché » Le sort des sept magasins restants n'est pas fixé. Tout comme l'attribution des points de vente qui, selon les règles du groupement, sont proposés aux adhérents les plus proches, avant d'être éventuellement cédés à d'autres Mousquetaires ou à des postulants.

Claude Nougein, lui, pense déjà à créer une autre filiale : « Nous allons acheter des indépendants, en région parisienne et dans le Centre. Des structures plus petites, plus souples, pas forcément dans l'alimentaire. » Avec pour objectif un chiffre d'affaires de 1 milliard de francs d'ici à trois ans.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1656

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA