Intermarché profite à plein d’une période faste

|
Philippe Manzoni, président d'ITM Alimentaire
Philippe Manzoni, président d'ITM Alimentaire© DR

Depuis le début de l’année 2012, c’est la grande forme pour les Mousquetaires. Entre janvier et fin avril, Intermarché a vu son chiffre d’affaires croître de 7,9% à parc constant et hors essence (voir détail ci-après) et Netto de 1,2%, indique Philippe Manzoni, le président d’ITM Alimentaire, à l’occasion de la présentation des résultats 2011, qui se déroulait ce matin.

Le bilan 2011, justement : excellent, lui aussi. ITM Alimentaire a réalisé 28 milliards d’euros de chiffre d’affaires, essence comprise. Avec, dans le détail, 26,7 milliards pour Intermarché et 1,3 milliard pour Netto. Hors essence, les ventes s’élèvent à 20,4 milliards d’euros en 2011 : 19,2 pour Intermarché (+3,1% à parc constant) et 1,2 milliard pour Netto (+5,6% à parc constant). « Si le premier semestre 2011 s’est avéré difficile, nous avons réussi de belles performances à partir de l’été 2011, et tout au long du deuxième semestre, se réjouit Philippe Manzoni. Cette tendance se prolonge au premier trimestre 2012 et même, puisqu’il est quasi achevé, au premier semestre 2012. »

Au-delà du chiffre d’affaires, le dynamisme se trouve confirmé par les variations de part de marché : voilà douze périodes consécutives qu’Intermarché est dans le vert, au pire stable – trois fois – au mieux très largement en croissance, selon les données de Kantar Worldpanel. Depuis le début 2012, pas une progression sous les +0,5 point. « Nous avons la deuxième plus forte progression de toutes les enseignes (derrière Leclerc, Ndlr), voire la première si l’on s’en tient aux seuls magasins physiques, sans prendre en compte ni le drive, ni le e-commerce », précise Philippe Manzoni.

Et puisque l’on évoque le drive… Intermarché, jusqu’à présent, est resté bien discret sur le sujet. « Du retard ? Non, plaide Philippe Manzoni : du recul. Nous devons d’abord prouver que le modèle économique est intéressant. » Reste que, même si la question ô combien cruciale de la rentabilité n’est toujours pas tranchée, et ce par aucune des enseignes, Intermarché se décide à passer la vitesse supérieure. « Nous entrons dans une phase de déploiement actif, explique le président d’ITM Alimentaire. Nous avons aujourd’hui 214 points de retrait et 76 drives accolés. Nous aurons 500 de ces deux modèles d’ici la fin de l’année 2012. Et, de par l’étendu de notre parc, nous disposons du plus grand potentiel de drives en France. » Si bien que, et même s’il faut rester prudent entre les ambitions telles qu’elles sont fixées et leur application concrète, Philippe Manzoni estime pouvoir compter sur « au moins la moitié du parc proposant un service de drive, sous une forme ou sous une autre, d’ici 2013-2014. » Et même, « à terme, les deux tiers du parc peut-être. »

Enfin, reste à savoir ce qui se cache sous cette expression de « sous une forme ou sous une autre. » Intermarché, adepte du picking magasin, est pleinement conscient des limites du système. C’est pourquoi l’enseigne planche sur un projet de drive entrepôt solo : « Un test débutera au dernier quadrimestre 2012, dans le sud-est, avance Philippe Manzoni. L’idée sera ensuite d’avoir un drive solo dans chacune de nos régions (Intermarché en compte 8, Ndlr) pour tester le modèle dans différentes conditions. » Evidemment, comme pour tout nouveau concept, les régions, justement, prendront d’abord en charges les projets avant, si possible, de voir des adhérents déjà en place s’y installer. Des adhérents déjà en place, c’est-à-dire exploitant déjà un ou des magasins : la précision est d’importance… Cela signifie en effet qu’imaginer voir un indépendant vivre convenablement avec un seul drive à disposition est pour l’heure illusoire.

 

Intermarché Hyper en croissance de plus de 9% depuis janvier.

Enseigne

Evolution du CA entre janvier et fin avril 2012

(à parc constant et hors essence)

Netto

+1,2%

Intermarché Express

+6,7%

Intermarché Contact

+6,4%

Intermarché Super (alimentaire)

+7,9%

Intermarché Super (généraliste)

+7,8%

Intermarché Hyper

+9,1

 

La belle année 2011 d'Intermarché

Enseigne

Evolution du CA en 2011,

(à parc constant et hors essence)

Nombre de magasins à fin 2011

Netto

+5,6%

349

Intermarché Express

+2,5%

27

Intermarché Contact

+3,2%

331

Intermarché Super (alimentaire)

+2,5%

793

Intermarché Super (généraliste)

+3,6%

543

Intermarché Hyper

+3,9%

79

Total

 

2122

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message