Internet prend le pouvoir sur le quotidien des urbains

|

SONDAGE Avec l'essor du temps passé sur Internet, le changement du rythme professionnel et privé, les nouvelles attentes sur l'alimentaire... Les consommateurs urbains ont vu leur mode de vie évoluer. Des modifications qui affectent également les habitudes d'achats sur le on-line.

Le temps passé sur Internet a augmenté pour 72 % des urbains
Le temps passé sur Internet a augmenté pour 72 % des urbains© Fotoliacom - Stasique

Selon une étude réalisée par Opinionway pour Auchan Direct, auprès de 1 028 personnes, résidant dans les métropoles Grand Paris, Lyon, Lille et Aix-Marseille-Provence, du 28 octobre au 4 novembre 2016, 93 % ont déclaré que leur mode de vie avait changé au cours des 10 dernières années. Une des raisons principales : la révolution numérique. En effet, pour 72 % des urbains, le temps qu'ils ont passé à surfer sur Internet a bondi en 10 ans. Par la même, la frontière entre la vie professionnelle et privée a sauté. Et les horaires de travail ont été modifiés avec les outils de mobilité.

Par ailleurs, pour 38 % d'entre eux, le temps accordé aux courses alimentaires a crû sur la même période. Et les habitudes en la matière ont également évolué avec une forte attente sur les origines des produit, le made in France, le local, le bio, le frais... « On assiste à une prise de conscience des urbains pour les enjeux éthiques, environnementaux et de santé liés à la consommation », explique Frédéric Micheau, directeurs des études d'opinion chez Opinionway. Ainsi, pour consommer des produits diversifiés, les urbains n'hésitent pas à varier les commerces. Ils se rendent, en moyenne 12 fois par mois en proximité et 6 fois par mois dans les grandes surfaces.

3 % des achats alimentaires réalisés sur Internet

Pour autant, malgré la hausse du temps passé sur le web et les emplois du temps qui ont été modifiés depuis les 10 dernières années, les achats alimentaires sur Internet sont encore fiables. Ils ne représentent que 3 % des ventes de l'alimentaire. « Ce canal est en retrait par rapport aux achats faits sur le culturel, le textile et les loisirs mais on assiste à un effet de rattrapage depuis 2010 », indique Pierre-Olivier Calande, chief experience officer chez Auchan Direct. Si les consommateurs utilisent peu la livraison pour les achats alimentaires par internet (73 % n'ont jamais recours au drive), ils seraient en revanche très friands de la livraison à domicile pour la consommation de produits frais : 41 % pour le pain et la viennoiserie, 36 % pour les fruits et légumes, 17 % pour les viandes et les poissons, 16 % pour la crémerie et les plats traiteurs... « Les urbains cherchent à simplifier et réenchanter leurs courses du quotidien. Nous travaillons à adapter une nouvelle réalité et répondre ainsi aux exigences de qualité », souligne Pierre-Olivier Calande.

Miser sur la personnalisation des achats alimentaires en ligne

Sur la base de ce constat, Auchan Direct, qui se présente comme un laboratoire pour élaborer les meilleures solutions en matière d'achats alimentaires pour les consommateurs, a inauguré une nouvelle boutique en ligne le 10 septembre 2016. « L'objectif d'Internet est de faire gagner du temps aux consommateurs et de leur simplifier leur quotidien, tout en leur proposant une offre similaire à celle des magasins physiques », ajoute Pierre-Olivier Calande. Ainsi, avec cette nouvelle plate-forme, l'internaute arrive sur une page recensant l'ensemble des produits qu'il a déjà commandés lors de ses précédentes visites. Un manière de simplifier les achats dits de stocks. « Cette petite boutique personnalisée est utilisée par 80 % de nos consommateurs contre 15 % sur la précédente version », ajoute-t-il. Un système de pré-sélection des produits qui permet au distributeur de faire augmenter le panier moyen. Pour l'aspect plaisir, Auchan Direct a mis en place des "opérations du moment" qui mettent en avant certaines recettes avec les références associées et des produits frais. Par exemple, les légumes oubliés, les produits USA... « Aujourd'hui, 2/3 des commandes comprennent des produits frais. Si les courses alimentaires en ligne représentent 3 % des ventes, nous voulons multiplier ce chiffre par 2 ou 3 au cours des prochaines années », détaille Pierre-Olivier Calande. Le distributeur, qui vient d'inaugurer un nouvel entrepôt à Chilly-Mazarin (Essonne) compte ainsi accroître l'offre proposée aux consommateurs. Il avoue également être en train de travailler sur des projets de personnalisation pour les clients en ligne.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message