Interview d'Alain Bourgeois-Muller, président de JouéClub : « JouéClub est aussi devenue une marque »

|

INTERVIEW À l'occasion de la présentation à la presse des nouveautés produits du groupement, Alain Bourgeois-Muller, le nouveau président de JouéClub, est revenu sur la stratégie et les ambitions de l'enseigne.

Entré dans le groupement en 1997, Alain Bourgeois-Muller a été nommé à la tête de JouéCluble 29 mars, peu après le départ en retraite anticipée de Jackie Pellieux, charismatique président de l'enseigne depuis 1993, décédé le 18 avril dernier.
Entré dans le groupement en 1997, Alain Bourgeois-Muller a été nommé à la tête de JouéCluble 29 mars, peu après le départ en retraite anticipée de Jackie Pellieux, charismatique président de l'enseigne depuis 1993, décédé le 18 avril dernier.© DR

LSA - En 2011, le marché du jouet a crû de 5% en valeur selon NPD. Quelle est la tendance pour le premier semestre 2012 ?

Alain Bourgeois-Muller - L'an dernier, JouéClub a enregistré une hausse de 6,3% de son chiffre d'affaires, supérieure à celle du marché. Depuis le début d'année, nos ventes ont progressé de 3%, à périmètre de magasins constant. Nous prévoyons de terminer 2012 en hausse de 5%. Cependant, le contexte est plus difficile : si le panier moyen se maintient autour de 30 € pour les produits permanents, la fréquentation des magasins est en baisse.

 

LSA - Comment expliquez-vous ce recul de la fréquentation ? La concurrence d'internet ?

A. B.-M. - Le Net est en effet un circuit très dynamique dans le jouet, mais les spécialistes gagnent aussi des parts de marché, contrairement aux grandes surfaces alimentaires, qui perdent du terrain. Le problème est que les consommateurs viennent moins en magasins, ce qui pénalise les achats d'impulsion. En revanche, quand ils sont sur le point de vente, ils ne rognent pas sur les achats de jouets : les montants moyens dépensés se maintiennent. Et je ne pense pas qu'ils limiteront leur panier à Noël : les achats pour les enfants, même en période de morosité économique, sont traditionnellement épargnés.

 

LSA - Pour cette année, quelle est la stratégie de JouéClub ?

A. B.-M. - Nous poursuivons l'expansion de notre réseau. Nous avons récemment inauguré notre nouveau Village JouéClub à Lyon, et prévoyons d'ouvrir une vingtaine de magasins d'ici à la fin de l'année, principalement en France, mais aussi au Liban et peut-être en Italie. Nous généralisons aussi le drive à tous les adhérents qui le souhaitent : le test réalisé lors des dernières fêtes nous a montré que, contrairement aux drives des hypers, qui cannibalisent une part importante de leur clientèle, notre service nous a permis de capter des clients qui ne seraient pas venus autrement.

 

LSA - Dans les nouveautés que présentez pour Noël 2012, on note plusieurs produits à la marque JouéClub. Quelle part de vos ventes représentent-ils ?

A. B.-M. - Aujourd'hui, ces produits exclusifs s'octroient plus de 22% de notre chiffre d'affaires. Notre objectif est de poursuivre notre démarche : proposer sous notre marque des jouets qui n'existent pas ailleurs, originaux et de qualité. En fait, JouéClub n'est plus seulement une enseigne : elle est devenue une marque. Nous continuerons à la développer avec une forte communication en fin d'année, des partenariats exclusifs - les tablettes Lexibook sous licence Barbie seront vendues uniquement chez nous - pour les fêtes, et des événements sur le terrain. Nous développons ainsi une quarantaine de festivals locaux autour des jeux de société. Le dernier en date vient de se dérouler en Guadeloupe !

Chiffres

550 M € Le chiffre d'affaires en 2011, + 6,3% versus 2010

+ 5% L'objectif de croissance du chiffre d'affaires pour 2012

Source : JouéClub

 

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2234

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres