Marchés

Interview de Régis Dubourg, directeur produits frais chez Carrefour France

|

INTERVIEW  « S'engager, pour trois ans, sur des volumes d'achats, un risque rare dans la distribution »

LSA - Carrefour vient de signer une série d'accords avec des groupements d'éleveurs ovins, qui garantissent aux éleveurs des volumes d'achats sur une durée de trois ans.

Régis Dubourg - Il y a eu six signatures en tout, au début du mois de juillet, avec 19 groupements qui représentent 2 800 éleveurs ovins. Le marché de l'agneau est difficile pour les éleveurs français, dont la production ne couvre que la moitié des besoins du pays. Leur donner des garanties d'écoulements, sur une durée de trois ans, leur permet désormais de pouvoir s'organiser et d'investir pour leur outil de production.

LSA - Ces engagements, que vous évoquez, quels sont-ils ?

R. D. - En 2010, ce n'est pas moins de 130 000 agneaux que Carrefour va acheter. Une proportion déjà en hausse de 12 % par rapport à 2009. Avec ces accords, nous nous engageons sur une progression de 21 % des volumes sur 2010-2012. C'est un engagement très rare dans la distribution, mais qui nous semble primordial dans un marché très chahuté. Cela va permettre d'en réduire la volatilité, et donc d'encourager la production française, que nos clients réclament.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter