Intreview de Jean-Luc Angot, animateur de France Viande Export : « France Viande Export fonctionne comme un guichet unique »

|

INTERVIEWINTERVIEW Lancée le 12 octobre 2015, la plate-forme France Viande Export est dédiée aux exportations de viande française vers les pays tiers. Son animateur, Jean-Luc Angot, également médiateur et coordinateur pour l’exportation des produits d’élevage au sein du CGAAER*, revient sur les objectifs de la structure.

Jean-Luc Angot

LSA - La plate-forme France Viande Export a été créée dans un contexte de crise agricole. Quels sont ses objectifs ?

Dominique Guineheux - Effectivement, France Viande Export a été créée sous l’impulsion du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, dans un contexte de fortes tensions liées à la crise agricole. Un an après son lancement, elle rassemble 33 entreprises. Des plus petits aux plus grands, des privés aux coopératifs, pratiquement tous les opérateurs de la filière bovine française ont adhéré à France Viande Export, ce qui n’est pas le cas des entreprises de viande porcine. Alors que l’Europe absorbe 96 % des exportations de la viande bovine française, cette structure doit aider les entreprises adhérentes à exporter vers les pays tiers.

LSA - Comment fonctionne-t-elle concrètement ?

D. G. - France Viande Export est une Société par Actions Simplifiée qui regroupe exclusivement des entreprises. Chacune détient une part du capital. La SAS ne peut pas répondre à des appels d’offres et faire du commerce, sous peine d’être taxée d’entente. À charge pour les entreprises de contractualiser directement avec les clients. France Viande Export a vocation à fonctionner comme un guichet unique. Sa mission consiste à centraliser des informations sur différents marchés, et à proposer aux entreprises adhérentes, grâce à l’appui de partenaires publics, un ensemble de services liés, par exemple, à l’obtention de certificats sanitaires nécessaires pour exporter ou pour la garantie bancaire.

LSA - De quels moyens dispose France Viande Export et quelles sont ses premières réalisations ?

D. G. - France Viande Export ne dispose pas à proprement parler de budget. Plusieurs missions ont déjà été menées en Turquie, et également en Égypte et en Israël. Au-delà de l’ouverture sanitaire des marchés, il s’agit aussi de faire du lobbying auprès des importateurs. Les soirées organisées par Interbev dans les ambassades françaises constituent un bon moyen pour faire découvrir la qualité de la viande française. Sur bien des marchés, nos concurrents arrivent avec une offre plus compétitive. À nous de jouer la carte de la qualité.

LSA - Ce n’est pas la première fois que la filière bovine française se dote d’une plate-forme dédiée à l’export. En quoi est-elle différente ?

D. G. - Le Groupe Export France (GEF), qui a vu le jour en 2011, n’a en effet pas poursuivi sa mission de promotion des produits de la filière vers les pays tiers. Contrairement au GEF, les adhérents de France Viande Export sont uniquement des opérateurs commerciaux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2430

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations