Investir 400 millions et créer 4000 emplois en 5 ans ? Le joli coup de bluff du pdg de Kingfisher (Brico Depôt et Castorama)

|

A condition de bénéficier d’avancées fiscales, le patron du groupe Kingfisher Ian Cheshire a annoncé qu’il y avait de la place en France pour 50 nouveaux Brico Depôt en 5 ans, avec investissements et nouveaux emplois à la clé. Mais une telle annonce est elle réellement crédible ?

Le pdg de Kingfisher a fixé la barre très haut en avançant la possibilié d'ouvrir 50 Brico Dépot en 5 ans
Le pdg de Kingfisher a fixé la barre très haut en avançant la possibilié d'ouvrir 50 Brico Dépot en 5 ans© Capture Europe1 / DailyMotion

Les statistiques de la croissance et du chômage ne sont pas reluisantes en France. Voilà précisément pourquoi Ian Cheshire, le pdg de Kingfisher et donc de Castorama et Brico Depot, a fait une annonce retentissante. Sur l’antenne d’Europe 1, le patron anglais a évoqué qu’il y avait la place pour ouvrir jusqu’à 50 nouveaux Brico Dépôt en France dans les 5 ans, soit un investissement global "de 300 à 400 millions d’euros, et la création de 3000 à 4000 emplois". Le pari est osé, les chiffres conséquents et les propos ont fait mouche, repris en boucle dans les média. friands de bonnes nouvelles. Sir Cheshire (récemment anobli par la Reine d’Angleterre), invité à participer au "Conseil stratégique de l’attractivité " présidé par François Hollande, a lancé sa petite bombe quelques minutes avant de rejoindre à l’Elysée… en la liant évidemment à des avancées fiscales. En clair, si cette fameuse attractivité de la France ne s’améliorait pas, les projets d’ouvertures de magasins et les emplois associés seraient remisés dans les cartons, ou du moins iraient moins vite. "Il faut une perspective à moyen terme, c'est-à-dire à cinq ans, sur les questions de fiscalité et du marché de l'emploi parce qu'il y a une grande crainte sur les impôts" a expliqué le patron (en français), sans oublier d’ajouter une petite pique amicale sur le montant des charges dans ce cher pays, et sur l'instabilité fiscale.

La France pèse 39% des ventes et 51% des profits de Kingfisher

En France, ou le groupe détient 103 Castorama et 104 Brico Depot, Kingfisher "a payé 216 millions d'euros de charges sociales l'an passé, c'est presque deux fois les charges qu'on a payées avec presque le même nombre de salariés en Angleterre". La liste des griefs ne s’est pas arrêtée la puisque la France est un pays ou "cela coûte beaucoup trop cher de créer des emplois et c'est aussi moins flexible qu'ailleurs". Le message est passé et nul doute que les pouvoirs publics, sensibles à tout ce qui peut créer de l’emploi, auront une oreille attentive, à condition de ne pas dégrader –encore plus – les finances publiques. "Avec des signes concrets, les entreprises sont prêtes à réinvestir" a assuré Ian Cheshire, que l’on imagine pourtant assez content d’être implanté en France, un pays ou Kingfisher réalise 39% de ses ventes… et surtout 51% de ses profits, comme quoi la pression fiscale n’y est pas si terrible. Ce qui interpelle le plus dans cette annonce, c’est la possibilité d’ouvrir 50 nouveaux Brico Dépôt en 5 ans, soit 10 par an. Un chiffre simple, rond, frappant. Mais certainement exagéré. Car en regardant de plus près le développement de l’enseigne en France, et après une fastidieuse lecture des rapports annuels, il aura fallu dix ans (de 2004 à 2013) à Brico Depot pour passer de 59 à 104 établissements. Et sur les derniers exercices, la mécanique d’ouvertures s’est considérablement grippée (un ou deux nouveaux magasins par an), en même temps que le marché de l’immobilier et de la rénovation prenaient l’eau. La seule solution pour atteindre cet objectif, qui a tout de l’effet d’annonce, serait un regain soudain d’intérêt des artisans pour le bricolage, une reprise immédiate (et débridée !)  du marché immobilier, ou un cadre fiscal très assoupli pour les entreprises. Voire les trois à la fois. Alors ouvrir 50 Brico Dépôt en 5 ans ? Chiche sir Cheshire ?


Attractivité : Kingfisher promet des milliers d... par Europe1fr

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message