J'encadre utilement mes stagiaires

|

Enseignement - En prenant un stagiaire sur un point de vente les avantages sont multiples, à condition d'investir du temps et de ne pas perdre de vue le rôle pédagogique de l'entreprise.

Ménager la chèvre et le chou. L'adage définit parfaitement le difficile exercice du maître de stage, qui doit apporter sa connaissance et son savoir-faire au stagiaire, tout en l'utilisant pour développer son entreprise. « Longtemps, les stagiaires ont été considérés comme une main-d'oeuvre bon marché, mais les mentalités ont évolué en même temps que les cursus de formation. Aujourd'hui, tout le monde a intégré le fait que l'échange entreprise-stagiaire est un rapport donnant-donnant », explique Marc Lett, dirigeant de l'Intermarché de Revel-Tourdan, en Isère, depuis 2005. Cet ancien directeur des ressources humaines dans l'agroalimentaire et l'industrie, fonction qu'il a exercée plus de vingt ans, maîtrise aujourd'hui l'intégration des stagiaires dans son magasin. « Nous accueillons plusieurs catégories de personnes. Les plus jeunes sont les lycéens de 3e, qui ont un stage obligatoire en fin d'année. Viennent ensuite les ados en formation continue : apprentissage, bac pro, BTS. Enfin, nous recevons les postulants à l'ouverture ou à la reprise d'un magasin du groupement. »

Source de recrutement

Pour chaque cible, l'objectif du stage est différent. Aux plus jeunes, le directeur du magasin démontre que la grande distribution est un secteur d'activité où l'on peut faire carrière sans forcement avoir fait de grandes études. « Nous n'occultons pas non plus le fait que la plupart de nos métiers demande de l'investissement personnel », ajoute Marc Lett. Les stagiaires inscrits dans une voie de professionnalisation réalisent des passages plus longs en entreprise, de deux à quatre mois. « Avec eux, nous déterminons un objectif commun qui leur permettra de mener à bien une mission complète. Ainsi, dans le cadre de mon business plan, je me suis fixé pour but de récupérer des parts de marché et de devenir la référence locale du commerce de proximité. J'ai donc mené un projet d'animation avec huit stagiaires d'une école de commerce de Voiron. Nous nous sommes vus une fois par semaine pendant deux mois pour mettre au point trois jours de festivités dans le magasin. L'opération a été baptisée " Les fantaisies du Printemps " et les stagiaires ont été intégrés au projet en amont et en aval. J'ai renouvelé l'opération un an plus tard après des travaux d'agrandissement. Aujourd'hui encore, j'essaye d'intégrer au maximum des étudiants dans mes grands projets. Je travaille avec l'école Sup de mode de Lyon sur l'élaboration d'une galerie marchande. Les étudiants ont monté une junior entreprise et travaillent à la conception de la gamme textile la mieux adaptée à la zone. »

Outre l'implication et l'aide d'une équipe dans un projet concret, l'utilisation de stagiaires peut également être une bonne source de recrutement. Muriel Delpérié, PDG depuis vingt-sept ans de l'Hyper U de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), a déjà intégré à son personnel plusieurs stagiaires : « Le recrutement d'un personnel habitué aux techniques de la grande distribution n'est pas toujours facile, surtout dans les métiers de bouche. Lorsque nous investissons du temps avec un apprenti, nous le recrutons comme salarié à la fin de sa formation. C'est pourquoi nous choisissons nos stagiaires avec le plus grand soin. »

Rémunération au cas par cas

Reste que leur accueil n'est pas réalisable dans toutes les structures. « La gestion d'un stagiaire demande beaucoup de temps et de pédagogie, note Olivier Pétré, PDG de la chaîne de magasins de montagne Sherpa. Nous aimerions davantage ouvrir nos commerces aux jeunes, mais notre concept à la fois coopératif et saisonnier réduit nos possibilités. En pleine saison, nous n'avons pas le temps de gérer ces détails. » Un avis longtemps partagé par Laurent Boissonnade, directeur de l'hyper Leclerc de Carcassonne (Aude), qui compte une équipe de 300 personnes. « Auparavant, je ne souhaitais pas prendre de stagiaire faute de temps et de structure d'accueil. Puis je me suis doté d'une DRH qui peut les prendre en charge. Afin de les recevoir dans les meilleures conditions, nous restreignons leur nombre et les recrutons dans des branches en accord avec les métiers de la grande distribution. Par exemple, dans le cadre d'une association professionnelle locale, je me suis rapproché d'une école qui propose un bac pro services et accueil. J'ai fait savoir aux professeurs et aux élèves que la grande distribution met la relation client au centre de son commerce et qu'à ce titre nous étions constamment à la recherche de personnel formé. »

Début 2008, le décret sur la rémunération des stagiaires entrera en vigueur. Pour l'instant, il est prévu que les entreprises les indemnisent à hauteur de 380 E minimum par mois au-delà du quatrième mois, mais de nouvelles négociations devraient être menées d'ici à la fin de l'année entre les associations d'étudiants et les représentants du Comité des stages. « Cette nouvelle législation ne va pas changer la donne pour nous », estime Marc Lett. En effet, l'adhérent Intermarché a l'habitude de les dédommager en fonction de leur implication dans le projet. Cette décision est prise de manière collégiale entre l'équipe dirigeante et la personne qui a suivi le stagiaire au quotidien dans le magasin. Un avis partagé par Laurent Boissonnade : « Il me semble normal de dédommager un stagiaire s'il reste plus de quatre mois dans l'entreprise. Ce décret permettra de réduire les abus. » Et de redonner au stage son objectif de collaboration où chacun, entreprise et stagiaire, a à y gagner.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2020

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message