« J'optimisme »

|
YVES PUGET EDITO

Chaque début d’année, il est coutume d’émettre des vœux. Et si, pour une fois, on souhaitait avant tout la fin du règne de la pensée unique ? Que ceux qui pensent que la France est inéluctablement sur le déclin comparent notre situation à d’autres pays. Que ceux qui pensent que les hommes et les femmes qui nous gouvernent ne sont pas à la hauteur cessent leur french bashing et attendent les prochaines élections. Que ceux qui pensent que le pouvoir d’achat chute depuis plus de dix ans lisent un peu mieux les indicateurs de l’Insee. Que ceux qui pensent que la société de consommation est le mal de notre temps comprennent qu’ils vivent plutôt mieux que leurs parents ou grands-parents. Que ceux qui pensent que la mondialisation est un fléau visitent des magasins Carrefour en Chine ou Auchan en Russie. Que ceux qui pensent que la sécurité alimentaire n’a jamais été autant mise à défaut regardent l’évolution du nombre de décès à la suite d’intoxication alimentaire.

Que ceux qui pensent que les relations entre industriels et distributeurs ne peuvent être que tendues et viriles décryptent les us et coutumes des pays anglo-saxons. Que ceux qui pensent que les distributeurs ne rêvent que d’étrangler leurs fournisseurs expliquent comment des PME comme Danone ou L’Oréal sont devenues des multinationales. Que ceux qui pensent que le prix est la première raison d’achat regardent bien les sondages montrant que la proximité, le choix ou la propreté comptent tout autant, voire plus. Que ceux qui pensent que les PME françaises sont sur le déclin décortiquent les panels pour voir qu’elles gagnent des parts de marché sur les grandes marques.

Que ceux qui pensent que ces mêmes grandes marques sont rejetées par les consommateurs voient les dynamiques qu’elles génèrent en rayons et l’imaginaire qu’elles apportent. Que ceux qui pensent que la guerre des prix est inexorable expliquent pourquoi les premiers prix ou le hard-discount ne cessent de perdre des parts de marché. Que ceux qui pensent que le commerce électronique tuera les magasins arpentent les points de vente les premiers jours des soldes. Que ceux qui pensent qu’il ne trouvera jamais la rentabilité escomptée relisent le bilan comptable de vente-privée. Que ceux qui pensent que les dirigeants de la grande distribution ne sont plus des visionnaires mais des gestionnaires écoutent les Leclerc, Plassat ou Bompard.

Que ceux qui pensent que les jeunes n’osent plus se lancer regardent du côté de l’internet (Thierry Petit, cofondateur de Showroomprivé) mais aussi de l’agroalimentaire (Michel & Augustin). Que ceux qui pensent que le commerce est un métier macho n’oublient pas qui est à la tête de Kingfisher. Que ceux qui pensent que le commerce français est en panne d’imagination visitent BiBoViNo ou Lick. Que ceux qui pensent que la grande distribution détruit les centres-villes expliquent pourquoi tant de maires déroulent le tapis rouge aux enseignes. Que ceux qui pensent que les GMS sont néfastes socialement accompagnent ces jeunes qui y entrent pas ou peu diplômés et qui, dans quelques années, dirigeront peut-être un magasin.

Que ceux qui pensent que la période des vœux n’a aucun sens oublient cet éditorial résolument non objectif. Et que ceux qui pensent qu’il faut conserver ce rituel passent une excellente année 2015. Comme le dit Carrefour dans sa dernière campagne de communication : « J’optimisme. ».

Que ceux qui pensent que la période des voeux n’a aucun sens oublient cet éditorial résolument non objectif.

YVES PUGET, directeur de la rédaction

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2348

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message