Jacqueline Gold ou la lingerie démocratisée

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
L217207502_1Z.jpg
L217207502_1Z.jpg© DR

En Grande-Bretagne, Jacqueline Gold a la réputation d'avoir  introduit « le sexe dans les rues des centres-villes ». Et on ne lui en veut visiblement pas. À la tête de deux réseaux de magasins de lingerie et de sex toys Ann Summers et Knickerbox, elle a été élue par le Daily Mail l'une des 100 femmes les plus influentes outre-Manche. Son destin se dessine en mai 1979 : alors qu'elle travaille avec son père, David Gold, éditeur de revues pornographiques qui vient de racheter quatre magasins de la chaîne Ann Summers, Jacqueline a l'idée de faire connaître la lingerie et les sex toys aux femmes grâce à des réunions au sein de leur foyer. En juillet 1981 débutent les  fameuses Ann Summer's parties dans lesquelles les hommes ne sont pas admis. En 1987, à 27 ans, Jacqueline Gold devient directrice de Ann Summers. Aujour-d'hui, la chaîne compte plus de 144 unités au Royaume-Uni, en Irlande, emploie plus de 7 500 party organisers (animateurs des réunions) et réalise un volume d'affaires annuel dépassant 150 M $. Entre-temps, Ann Summers rachète la chaîne de lingerie déficitaire Knickerbos, désormais dans le vert.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2172

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA