Janvier 2015 : un mois bel et bien mauvais pour la consommation

|

Procos, la fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé, dévoile son panel mensuel de la consommation. Il est sans surprise mauvais, avec une baisse globale des ventes de 1,1% en janvier 2015.

Le bilan mensuel Procos fait apparaître une baisse des ventes de 1,1% en janvier 2015.
Le bilan mensuel Procos fait apparaître une baisse des ventes de 1,1% en janvier 2015.

Le bilan mensuel établi par Procos, la fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé, vient confirmer ce qu’on savait déjà : le mois de janvier 2015 a bel et bien été mauvais pour la consommation en France. Les ventes des 50 enseignes interrogées par la fédération, dans 15 agglomérations, ont en effet en moyenne reculé de 1,1% en janvier 2015, par rapport au même mois de 2014, à périmètre comparable.

Les boutiques de centre-ville ont le plus souffert

Cette évolution se réfère certes à un historique favorable  - le mois de janvier 2014 avait fini à +2,1% - indique Procos, mais elle s’explique toutefois principalement par un ralentissement brutal de la consommation, après les attentats des 7 et 9 janvier 2015 à Paris.
Concernant les formats de ventes, les boutiques de centre-ville sont celles qui ont le plus souffert, avec des ventes moyennes à -3,7%. Elles sont suivies des boutiques de centres commerciaux de centre-ville (-2,1%), puis des boutiques de centres commerciaux de périphérie (-0,1%).

La culture et les loisirs en exception

Pour ce qui est des secteurs d’activités, enfin, la restauration ainsi que la chaussure apparaissent le plus en retrait (entre -5 et -10%), mais tous les autres secteurs affichent néanmoins un recul, entre 0 et -3%. Une seule exception : le secteur de la culture et des loisirs, entre +5% et +10%.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres