Jean-Paul Giraud, Fnac : Développement sur tous les fronts

Trois objectifs essentiels pour le nouveau PDG de la Fnac : l'accroissement des ouvertures de magasins, le triplement des ventes en ligne et le développement des filiales.

Il affiche une sérénité que beaucoup doivent lui envier. « Je n'éprouve jamais d'anxiété dans le domaine professionnel », affirme tranquillement Jean-Paul Giraud qui, le 2 mai, remplacera à la tête de la Fnac François-Henri Pinault, nommé directeur général adjoint du groupe PPR, en charge du commerce électronique. Il est vrai que Jean-Paul Giraud arrive en terrain familier : à 54 ans, il occupe depuis 1995 la fonction de directeur général de la Fnac, après avoir oeuvré neuf ans successivement comme directeur du développement d'Auchan puis comme PDG des supermarchés Match (groupe Cora).

Il n'empêche, les chantiers qui l'attendent sont nombreux et les objectifs ambitieux, avec un mot d'ordre : développement. « À la fin de l'année, nous compterons 70 magasins (57 en France) soit 11 de plus qu'aujourd'hui, ce qui devrait nous permettre de réaliser un chiffre d'affaires de quelque 18 milliards de francs (2,74 Mrds EUR). Nous souhaitons accroître ce chiffre d'au moins 15 à 20 % par an en poursuivant à un rythme annuel d'une quinzaine d'ouvertures. »

Le groupe compte particulièrement accentuer son essor à l'étranger. « En 1999, nous avons réalisé 15 % de notre activité hors des frontières, précise Jean-Paul Giraud. D'ici à trois ans, ce pourcentage devrait atteindre 25 %. » Cette année, 7 magasins verront le jour, en Belgique, au Portugal et au Brésil. Mais aussi - et pour la première fois - en Suisse (Genève) et en Italie (Milan).

« Par ailleurs, nous misons beaucoup sur le commerce électronique grâce auquel nous touchons toute la population francophone, soit 90 millions de personnes, explique le nouveau PDG. Dès la fin de l'année, nous visons un triplement de nos ventes en ligne (45 millions de francs, 6,86 M EUR en 1999) en proposant sur notre site de nouveaux produits comme la micro-informatique en juin, puis la téléphonie, la hi-fi, la photo. »

Enfin, Jean-Paul Giraud, qui n'exclut ni la création de nouveaux concepts ni des acquisitions extérieures, compte aussi développer les filiales du groupe, telles que Fnac Junior (12 ouvertures cette année), Fnac Micro ou Fnac Service. Plus prosaïquement, une de ses premières tâches consistera à désamorcer rapidement les tensions sociales que connaît l'Agitateur culturel du fait de l'application des 35 heures.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1673

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous