Marchés

Jean-René Buisson (Ania) "nos marges sont à un plancher historique"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Le président de l’Ania formulait des vœux hier pour son secteur à Paris en présence de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et de Guillaume Garot, ministre délégué à l’agroalimentaire, et devant un grand nombre d’industriels. Il a surtout souhaité alerter sur les difficultés que traverse l’industrie alimentaire, tant en termes de production, que de marges et d'emplois

Jean René Buisson prévoit la perte de 5000 emplois dans l'année 2013
Jean René Buisson prévoit la perte de 5000 emplois dans l'année 2013

« Si la hausse de la production et la progression de notre chiffre d’affaires peuvent paraître enviables, ce bilan est en grande partie trompeur car notre croissance est de moins en moins forte et l’an passé, la consommation alimentaire des Français à reculé de 0,6 %, pire qu’en 2008 ! », a lancé Jean-René Buisson. Ce contexte qualifié de toxique rendrait les industriels de l'alimentaire d’autant plus vulnérables que « les distributeurs abusent de leur position de force et refusent délibérément d’appliquer la LME. Les marges des entreprises ont atteint en 2012 un plancher historique inférieur de 13 % à celui de 2008 ».

5.000 emplois supprimés et 5.000 de plus en jeu

Jean-René Buisson affirme par ailleurs que 5.000 emplois ont été supprimés au cours de l’exercice et que 5.000 autres devraient disparaître au cours de 2013. « Cette année, nous nous battrons pour que la LME soit précisée, j’espère que les ministres ici présents soutiendront nos amendements » a-t-il indiqué, sous l’approbation affichée de Stéphane Le Foll et Guillaume Garot. Le président de l’Ania n’a pas manqué de fustiger l’augmentation des taxes sur la bière et les boissons sans alcool, et dénoncé la campagne contre l’huile de palme « qui a fait l’objet de tous les fantasmes ».

Guilaume Garot veut des relations commerciales "carrées"

Il a conclu son intervention sur la nécessité de rassurer les consommateurs sur la qualité de l’alimentation grâce à son industrie et estime que les entreprises ont un travail de transparence à mener pour regagner leur confiance, alors que sévit un climat anxiogène. Un site internet de questions réponses sur l’alimentation va être créé en mars à cet effet. « Je suis content du travail que nous conduisons ensemble, notre relation est efficace, a répondu Guillaume Garot, ministre de l'Agroalimentaire, aux propos de Jean-René Buisson. Nous continuons de nous pencher sur les relations commerciales avec la volonté d’aboutir de façon carrée dans l’année. Nous travaillons sur les ingrédients alimentaires, le gaspillage, pour préparer l’avenir. Le gouvernement est aux côtés de l’industrie alimentaire ».

L'industrie alimentaire, essentielle..

Même ton pour Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture. « Guillaume Garot et moi sommes issus de départements agricoles et agroalimentaires, nous avons une haute conscience de la nécessité pour la Francede s’appuyer sur cette industrie. Il n’y a pas de produit agricole qui ne soit consommé sans avoir été transformé et dans beaucoup d’endroits du monde, le problème de l’alimentation n’est pas celui de la production mais de sa transformation ». Les deux ministres n'ont pas manqué d'évoquer les mesures gouvernementales favorables aux entreprises, notamment le CICE. Et visiblement, ils devraient soutenir une réforme de la LME, que la plupart des distributeurs ne souhaitent pas...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA