Jérôme Bédier (FCD) prévoit une stabilité des prix en 2010

|

Le président de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), Jérôme Bédier, a déclaré ce matin lors d’une conférence de presse prévoir une stabilité des prix et de la consommation en 2010. «Pour partie grâce à la LME, les prix des produits alimentaires en 2009 ont baissé au bénéfice des consommateur et la consommation s’est maintenue, conservant ainsi son rôle de pilier central de l’économie. En 2010, nous prévoyons une stabilité des prix et un maintien de la consommation ». Le patron des enseignes de grande distribution pointe toutefois les menaces : augmentation du chômage, baisse du pouvoir d’achat prévisible alors qu’il a progressé en 2009, taux d’épargne en hausse. Il pointe aussi les risques de revenir sur les acquis de la LME comme la négociabilité, «que certains parlementaires voudraient voir remise en cause. La LME fonctionne bien. Nous souhaitons que les négociations actuelles recréent du mouvement sur les chiffres d’affaires et permettent de nous adapter aux besoins des consommateurs». Les enseignes veulent aussi mener un « dialogue constructif » avec les agriculteurs et Jérôme Bédier appelle à la réussite de la loi de modernisation agricole, en organisant les filières. «Celle du lait était organisée, mais ce sont les pouvoirs publics qui l'ont complètement désorganisée. Il faut revenir à une contractualisation entre l’industrie et la production, dans toutes les filières. Certaines sont d’ailleurs bien organisées, comme le sucre ou les céréales». A l’occasion, Jérôme Bédier a rappelé, comme à l’accoutumée, que les capitalisations boursières sont plus élevées dans l’industrie que dans la distribution (« celle de Danone est plus importante que celle de Carrefour ») et émis l’idée que la loi exige que les industriels mentionnent sur les étiquettes la provenance des produits agricoles qu’ils utilisent, à l'instar de ce que fait la distribution avec le logo VPF (viande porcine française).  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter