Jérome Bédier : « nous nous battrons bec et ongles pour éviter les hausses de tarifs trop fortes »

|
Jérôme Bédier, président de la FCD
Jérôme Bédier, président de la FCD

Le président de la Fédération du commerce et de la distribution, Jérôme Bédier, a indiqué ce matin lors d’une conférence de presse que les hausses de tarifs proposées par les fournisseurs se situaient entre 5 et 8 %, « parfois plus », mais que les distributeurs « se battront bec et ongles pour éviter les hausses trop fortes à nos clients. Il faut éviter à tout prix l’inflation injustifiée, c’est pourquoi les négociations prennent plus de temps que prévu, car elles se font pied à pied ». Il indique « qu’évidemment les hausses de prix à la consommation ne seront pas au niveau des hausses de tarifs proposées », compte tenu de ces négociations ou des remises obtenues. Concernant les produits agricoles, notamment le poulet, la viande bovine et le porc, il observe que «les cours sont restés soutenus tout au long de 2010 concernant les prix à la consommation », alors que les producteurs ont des problèmes très importants et des pertes », en raison de la forte évolution du cout des céréales. «Il n’y a pas de problème de prix de vente, il y a un problème de prix de revient ». Pour les fruits et légumes, la distribution s’est évertuée à appliquer l’accord de modération de marges voulu par le président de la République et signé en juin dernier, mais Jérôme Bédier « constate qu’il n’y a pas de lien entre la modération des marges dans les magasins et le revenu des agriculteurs ».  Le président de la FCD a été surpris par le décret du ministère de l’Agriculture exigeant désormais des contrats à trois ans entre les producteurs et les acheteurs dans les fruits et légumes - qui concerne directement la distribution. Il n’a pas commenté celui concernant le lait, qui porte les contrats à cinq ans et qui ne concerne que les industriels. Il s’est félicité de la bonne tenue de la consommation en 2010, de la maîtrise des prix et de l’évolution du pouvoir d’achat. Il considère que les perspectives pour 2011 sont bonnes, en dépit de la hausse des matières premières et du carburant.  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter