Joël Hérissé, président du Syndicat des vins de pays du Val de Loire

|

LSA - Quel est l'intérêt de la nouvelle dénomination Val de Loire ?

Joël Hérissé - La précédente, Jardin de France, était mal comprise par les gens qui pensaient que l'on mélangeait tous les vins de pays de France et de Navarre. Du coup, la typicité des vins de Val de Loire - légèreté, goût fruité... - n'était pas évidente. La nouvelle nomination, qui couvre les vins de pays allant de Saint-Nazaire à Clermont-Ferrand, est bien plus claire. De plus, elle doit nous permettre de mieux valoriser nos produits.

LSA - Dans quel ordre de grandeur comptez-vous précisément valoriser vos vins ?

J. H. - Cette année, alors que la récolte a connu un déficit de 20 %, l'hectolitre s'achète autour de 85 E. Cela ne couvre pas nos coûts de production : nous commencerons à pouvoir vivre à partir de 100 E. Ce qui est satisfaisant, c'est que le circuit restauration et les acheteurs de la distribution adhèrent à la dénomination Val de Loire, sur laquelle nous allons communiquer pour la faire connaître rapidement.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2037

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous