Jouet : un secteur bien portant

|

Un secteur bien portant comme en 2013 ! Avec une croissance de 1% en valeur, le marché français du jeu et du jouet a réalisé en 2016 sa moins bonne année depuis trois ans. « Mais cela fait suite à un millésime 2015 en hausse de 3,4% tiré par plusieurs phénomènes de mode, comme Star Wars, qui ont dynamisé, avec l’Euro de football, le premier semestre 2016 », explique Frédérique Tutt, experte monde du jouet chez NPD Group. De fait, alors que les ventes pointaient à + 4% à la fin du premier semestre, la tendance s’est inversée à la fin de l’été : « L’actualité sur la fin d’année était moins événementielle qu’en 2015 où Star Wars avait également drainé une clientèle inhabituelle, comme les millennials. Influencée par la configuration du jour de Noël – un dimanche – et le début des vacances, la saison des fêtes a démarré tard. Les consommateurs n’ont pas anticipé leurs achats, mais ils sont tout de même venus », résume Franck Mathais, directeur du département consommation de La Grande Récré (groupe Ludendo).

Ce qu’il faut retenir

  • Très attentistes, les consommateurs ont attendu le dernier moment pour faire les achats de Noël.
  • Contrairement à 2015, portée par Star Wars et La Reine des neiges, en 2016, les ventes ont été moins dynamisés par les licences.
  • Le circuit internet poursuit sa percée, notammentl’e-réservation.

Les promesses de 2017

Cette année encore, ce sont les peluches, la plus petite catégorie du marché avec quelque 85 millions d’euros de chiffre d’affaires, qui signent la plus forte hausse : +11%. Un score qui les place devant les activités créatives et artistiques (+ 8%), les jeux de société et puzzles (+ 5%) mais aussi les jeux de construction (+ 2%). Les jouets sous licence progressent, eux, de 1 %, après une année 2015 exceptionnelle où les licences avaient représenté un quart des ventes de jouets. Autre fait marquant, internet poursuit son essor, avec une nouvelle hausse de 13 % en 2016 – et un bond à + 17% sur le mois de décembre. « Les délais de livraison ne sont plus un frein pour les ventes en ligne. Le drive et l’e-réservation progressent également : sur l’ensemble des cinq principaux marchés européens, ils ont crû de 31% sur douze mois, à fin septembre, contre 3% pour les commandes en ligne », détaille Frédérique Tutt. Quels pronostics pour 2017 ? « L’année, bien qu’électorale, a du potentiel : une actualité riche au cinéma avec les superhéros, Cars 3 et Star Wars VIII en fin d’année, des nouveautés produits technologiques ou revival comme le retour de Beyblade et ses toupies », énumère Franck Mathais. Un programme qui laisse espérer, peut-être, une année identique à 2011 : dopé par les toupies Beyblade et le phénomène de mode Zhu Zhu Pets, le marché avait signé une croissance de 5%… 

véronique yvernault

« Dans le bricolage, il faut faire preuve de plus de professionnalisme dans les points de vente, que ce soit au niveau de l’accueil, de l’accompagnement des clients ou du service après-vente. »

Frédéric Sambourg Président de la Fédérationdes magasins de bricolage

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2447

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous