Jouets sexistes : le coup de gueule des féministes à la veille de Noël !

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Plusieurs collectifs féministes ont investi un magasin de jouets Toy’R’Us samedi 13 décembre 2014 à Paris. Objectif : sensibiliser clients et vendeurs aux méfaits du marketing genré et des jouets dits "sexistes".

Une dizaine de féministes a manifesté samedi 13 décembre 2014 à Paris contre les jouets stéréotypés.
Une dizaine de féministes a manifesté samedi 13 décembre 2014 à Paris contre les jouets stéréotypés.© Le Parisien TV

Les poupées ne se limitent pas aux filles et les petites voitures aux garçons. C’est le message qu'ont voulu faire passer plusieurs collectifs féministes en pleine période d’achats de Noël. Déguisées en princesse et en ménagères, des militantes des efFRONTé-e-s, des Femens, des Chiennes de garde et de Georgette Sand ont ainsi envahi un magasin de jouets Toy’R’Us samedi 13 décembre 2014 à Paris. Repoussées, elles ont ensuite interpellé les clients dès le trottoir. "A l'approche de Noël, on souhaite sensibiliser les clients et les magasins sur l'impact des produits qu'ils achètent ou vendent", a résumé Léa des efFRONTé-e-s. Le choix de l'enseigneToys'R'us n'est qu'un prétexte. Les féministes visent l'ensemble du marché du jouet.

Halte aux jouets "sexistes" !

"Princesse un jour, boniche toujours" : sur les tracts, le message est clair ! "Les jouets sont le début du conditionnement. Les enfants prennent pour argent comptant les injonctions énormes" qui leur disent "une fille doit être comme ceci, un garçon comme cela", souligne Roselyne Segalen, membre des Chiennes de garde. Et de poursuivre : "Les jouets ‘genrés’ (destinés prioritairement aux filles ou aux garçons, ndlr), du style les sciences et la découverte pour les petits garçons et les dinettes et le maquillage pour les filles, sont une régression choquante, cela donne un exemple désastreux et on limite les enfants à des stéréotypes".

Cette action de lutte contre marketing sexiste n’est pas isolée. Souvenez-vous de Maggie début novembre qui avait enguirlandé l’enseigne Tesco sur Twitter pour avoir dû chercher la figurine de son héros préféré au rayon "cadeaux amusants pour garçons"… Si Tesco avait promis de retirer la PLV incriminée, une maman a indiqué lors de cette récente manisfestation avoir acheté un dragon pour sa fille... Les messages passeraient-ils ?

Vidéo de l'action des féministes contre les jouets stéréotypés
Source : Le Parisien, le 13 décembre 2014

Déguisées en princesses ou ménagères, elles... par leparisien

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA