Marchés

Juillet 2015 : les ventes en valeur et en volume tiennent. Mais…

|

Le panéliste Iri vient de publier ses chiffres de ventes du mois de juillet 2015 (hypers, supers, hard-dicount et e-commerce). Une période satisfaisante mais en trompe l’œil.  

Juillet 2015 : une hausse du CA de 1,3% selon Iri.
Juillet 2015 : une hausse du CA de 1,3% selon Iri.

Paradoxe des chiffres selon la "Conjoncture marché" édité par Iri: "Nous pouvions considérer que le mois de juin (P6) avait été plutôt bon malgré une augmentation du CA de +0,3% et des volumes en baisse de 0,7%. Le mois de juillet peut être perçu comme assez décevant malgré une hausse du CA de 1,3% et des volumes en légère progression +0,2%", note iri. Avant d’expliquer pourquoi "Parce que les bases de comparaison (P6 et P7 2014) avaient connu des fortunes opposées : une P6 2014 très forte à +2,5% sur les 2 indicateurs et une P7 fortement pénalisée par les mauvaises conditions climatiques (-2,3%), là aussi sur les 2 indicateurs".

Evolution CA, prix et volume en tous circuits GSA - Par période vs An-1 

Assez classiquement, l’épicerie sucrée et la crémerie souffrent du retour à une météo plus conforme aux normales saisonnières (après les bons résultats de l’an passé).  A l’inverse, même si les boissons et les produits surgelés sont en progression sensible, leurs gains de cette année ne compensent pas les pertes enregistrées l’an dernier.

La situation des marchés PGC en tous circuits GSA par rayon sur la période. Evolution vs même période An-1 

Un stockage massif ?

Il est probable que les ménages aient eu tendance à procéder à un stockage assez massif sur la dernière semaine de notre P6 pour des produits météosensibles (boissons et glaces…) en prévision d’une longue période de canicule qui s’est finalement avérée d’assez courte durée. "Même si nous cumulons les résultats sur juin + juillet, nous constatons par rapport aux 5 premiers mois de l’année une assez nette rupture de la croissance volume… mais une bonne résistance de l’évolution du CA", poursuit Iri.

Le phénomène décrit précédemment vaut bien sûr pour les hypers et supermarchés. La croissance volume était de 0,4% sur les 5 premiers mois de l’année ; juin + juillet sont assez nettement négatifs (-0,6%) et la croissance est limitée à +0,1%. Dans le même temps, la croissance du CA reste quasiment sur les mêmes bases que précédemment : +0,5% sur juin + juillet et +0,7% sur le cumul à date. «Cette bonne résistance du CA s’explique bien sûr par l’accentuation de la valorisation au cours des 2 derniers mois. Les MDD sont encore plus affectées que lors des mois précédents en HM+SM», estime Iri. Sur le CAD (cumul à date), elles ne représentent plus que 27,9% des ventes contre pour mémoire 28,8 % sur la même période de… 2008. C’est aujourd’hui avec plus de 25% de l’offre en magasin contre 22,5%, 7 ans plus tôt

Bonne orientation pour les poids variables

Les PGC s’avèrent quelque peu à la peine donc, mais aussi les vins tranquilles (ces derniers au regard de leurs bonnes performances antérieures).  A l’inverse les produits à poids variables sont très bien orientés (+2,2%), principalement portés par la bonne santé des fruits et légumes (+9%). Compte-tenu des tendances du secteur, le textile fait plutôt un bon mois de juillet grâce à la bonne dynamique de la confection (+3%). De même, le non alimentaire enregistre de meilleurs scores que les mois précédents. Le beau temps a permis notamment l’achat de piscines, d’articles de camping et de produits d’aménagement des jardins. Ces bons résultats sur l’activité globale des magasins en juillet leur permettent de redevenir positifs sur les 12 derniers mois.

 Evolution de la part de marché des différents circuits - Par période vs An-1 

 

 

Evolution CA par type de marques en tous circuits GSA - Par période vs An-1

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter