Jus de fruits : Les matières premières resteront sous tension en 2014

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les matières premières représentent en moyenne 60% du coût de production. Selon l’association professionnelle Unijus, les professionnels sont donc attentifs aux prévisions de récolte de fruits, afin de mesurer leur impact sur la production de jus de fruits. En effet, les prévisions disponibles actuellement ne sont pas encourageantes. Le point fruit par fruit.

Jus de fruits naturels Brouillet

Orange : les récoltes sont mauvaises au Brésil et en Floride, deux des principaux fournisseurs de jus d’orange. Au Brésil, la récolte 2012-2013 est en baisse de 20% par rapport à l’année précédente. Le concentré se fait rare : 1 million de tonnes en 2013 contre 1,25 million de tonnes, l’année précédente. En effet, les producteurs brésiliens font face à de mauvais rendements dans les vergers, ce qui est courant après deux bonnes années consécutives. De plus, ces producteurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à des productions plus rentables ou moins sensibles aux maladies (canne à sucre, maïs ou soja), ce qui réduit d’autant les quantités disponibles.

Aussi, malgré des stocks de jus d’orange en hausse et qui représentent désormais une année de jus exportés (de l’ordre de 850 KT), les prix resteront à des niveaux élevés l’année prochaine compte tenu de la hausse des coûts de production (énergie, main d’œuvre, traitements), de l’hyper concentration du marché (trois fournisseurs au Brésil, par exemple), et du maintien de la subvention des stocks par le gouvernement brésilien.

La production 2012-2013 d’oranges floridienne est également mauvaise (-7%) car le dernier hiver sec et doux, ainsi que les maladies ont affecté la croissance des fruits.

Pommes : les estimations relatives à la récolte mondiale de pommes pour la campagne 2012-2013 sont à la stabilité mais avec des situations très contrastées : la production de pommes a chuté de 6% en Europe et de 3% aux USA, mais a progressé de 6% en Chine. Cependant, la fabrication de jus de pomme nécessitant le mélange de variétés acides et douces, certaines origines comme la France (-31% de volumes disponibles) ou certaines variétés comme la golden délicious (-12,8% de volumes disponibles) se sont faites rares, entrainant une tension sur les prix toute l’année.

En outre, la compétition s’est accrue entre le fruit de bouche et la transformation puisqu’on s’attend à une hausse de la consommation de fruits frais de 5% cette année, en particulier en Chine. L’année 2014 sera donc encore compliquée, en particulier, des inquiétudes sur la disponibilité en fruits du côté de la Chine, de la Russie, de la Pologne et de l’Allemagne pour les variétés de pommes acides.

Ananas : la Thaïlande n’ayant pas suffisamment planté, il est à craindre que le prix du jus d’ananas concentré augmente progressivement jusqu’à observer des hausses de +50% en 2014.

Autres fruits : on s’attend à des hausses importantes de prix pour l’abricot (+20%), la pêche (+10%) ou la tomate (+7%). Le prix du raisin devrait rester au niveau de la très forte hausse de 2013.

Source : Unijus

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA