Kiabi milliardaire en chiffre d'affaires

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'enseigne de la famille Mulliez a profité de ses bonnes performances pour confirmer sa position sur le marché français. L'objectif est désormais de s'imposer à l'étranger.

kiabi logo

La rédaction vous conseille

«Ça y est, nous avons rejoint le club des enseignes milliardaires. » Dès le début de la conférence de présentation des résultats 2009, le 27 avril à Lille, Jean-Christophe Garbino, le directeur général de Kiabi, n'a pas fait mystère de sa satisfaction. L'enseigne de prêt-à-porter de la famille Mulliez est entrée dans la cour des grands au fil d'une année 2009 où elle a réalisé 1,05 milliard d'euros de chiffres d'affaire hors taxes, en croissance de 16,6 % par rapport à 2008. Et ce n'est pas fini car, si l'événement de l'année écoulée a sans hésitation été l'annonce de la reprise du réseau Vêti (Intermarché), l'impact de leur intégration ne se verra que dans les comptes de 2010.

La hausse de ses ventes 2009, Kiabi la doit à une politique d'expansion agressive, avec 35 ouvertures de France, dont 14 affiliés, pour un parc de 300 magasins à fin mars. La France a représenté 863,3 millions d'euros, soit près de 82 % du total. L'Espagne, deuxième pays du groupe avec 144 millions d'euros de chiffre d'affaires, est en progression de 18 %. Le réseau y atteint désormais 59 points de vente, dont 12 ouverts l'an dernier. En Italie, 8 ouvertures ont permis de doubler le parc, pour 34 millions d'euros de ventes. L'année 2009 a également été celle de l'ouverture des premiers Kiabi en Roumanie, à Bucarest.

40

Le nombre d'enseignes ayant réalisé en France plus de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2008

Sources : étude LSA/PricewaterhouseCoopers

Ambitions parisiennes et internationales

Et les objectifs pour 2010 ? « Notre ambition est de devenir un acteur international, avec 440 magasins et 1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires hors taxe à la fin de l'année », explique Jean-Christophe Garbino. En France, cela passera en grande partie par les 84 ex-Vêti qui auront changé d'enseigne. Mais Kiabi réfléchit aussi à adapter son concept pour Paris. « Nous n'avons aujourd'hui dans la capitale qu'un affilié pour 5 millions d'habitants », regrette Loïc Le Borgne, directeur exploitation France. Surtout, Kiabi redoute l'implantation en France de Primark, le spécialiste anglais du hard discount de centre-ville. Déjà en concurrence frontale dans plusieurs villes d'Espagne, les résultats seront étudiés à la loupe.

Quant à l'internationalisation, si elle a pris du retard avec l'arrivée des Vêti, elle reste une priorité. À fin 2010, les pays étrangers devraient représenter 20 % des revenus du groupe, alors que l'objectif initial était de 30 %. Après une tentative infructueuse en Russie, Kiabi a repensé son implantation en fermant ses anciens magasins, et programme trois ouvertures à Moscou et une à Samara. Enfin, après plusieurs tentatives ratées d'expansion en franchise, Kiabi est en train de négocier avec un partenaire pour s'implanter au Maroc. Alors que l'enseigne planche déjà sur son nouveau plan à dix ans, les résultats de ces projets seront à suivre de près...

LES CHIFFRES

- 1,05 milliard d'euros HT de ventes en 2009, en progression de 16,6 %.

- Un parc de 377 magasins à fin mars 2010 en France, en Espagne, Italie et en Roumanie.

- En France, l'ouverture de 35 nouveaux points de vente et une progression des ventes à surfaces comparables mènent le chiffre d'affaires à 863,3 millions d'euros, en hausse de 15 % par rapport à 2008.

- L'expansion internationale reste une priorité. Après l'ouverture de la Roumanie, une nouvelle stratégie a été mise au point en Russie, et un projet de franchise est en négociation au Maroc.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2136

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA