Marchés

Kimberly-Clark retire Huggies du marché des couches-culottes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La rédaction vous conseille

La marque Huggies restera-t-elle en rayon ? Alors qu’elle pesait 11,4%  du marché en valeur à fin septembre 2012, en recul de 1%, derrière Procter & Gamble (53,5%) et les MDD (34,2%), Kimberly-Clark a décidé de se désengager du marché européen, donc français.

Suite à une baisse de son chiffre d’affaires mondial de 2,5%, avec un effet de change défavorable de 11%, le géant américain de l’hygiène papier Kimberly Clark a annoncé son retrait du marché des couches culottes en Europe, sauf en Italie. Un changement que le groupe a qualifié de « stratégique » afin « d’améliorer sa rentabilité » et pour pouvoir se consacrer à d’autres marchés avec des potentiels de croissance plus élevés. Cette restructuration fait suite à un plan d’économie de 85 millions de dollars, qui lui a permis d’augmenter de 18% son résultat opérationnel, à 783 millions de dollars.

Sur le marché français des couches-culottes, le retrait d'Huggies redistribue complètement les cartes du côté des grandes marques. Puisqu'elle faisait office de challenger de poids, derrière Pampers, même si la différence de part de marché restait importante. Sera-t-elle vendue ou retirer des rayons ?

Jusqu'à 1500 suppressions de postes

Mais le retrait de Huggies ne constitue pas le seul changement stratégique. La firme devrait également "se retirer de quelques marchés à faible marge concernant l’hygiène papier grand public", mais elle ne donne pas d’autres détails sur ce point, ni d'ailleurs sur le calendrier de retrait. Elle est détentrice de la marque Kleenex, notamment. Au total, le groupe devrait fermer ou vendre près de cinq usines en Europe, soit la suppression de 1300 à 1500 emplois, selon le communiqué diffusé par Kimberly Clark.

La firme possède deux usines en France, à Sotteville-lès-rouen (76) ainsi qu’à Villey Saint Etienne (54). Mais aucune n’est consacrée au marché de l’hygiène bébé – les couches Huggies sont majoritairement fabriquées en Angleterre – et elles ne devraient pas être touchées directement par ce plan de restructuration.

Ce virage stratégique devrait permettre à Kimberly Clark de revoir à la hausse ses objectifs de cours de bourse d’ici la fin de l’année. Avec un résultat net par action compris entre 5,15 et 5,25 dollars, contre 5,05-5,20 dollars attendus précédemment.

Répartition des usines de Kimberly-Clarks en Europe. (Source: site de Kimberly-Clark).

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

1 commentaire

ana maria tatucu

25/10/2012 11h42 - ana maria tatucu

C'est stupide, nous sommes plein de consommateurs en Roumanie. Pourquoi??? parce qu'il n'ont pas de la strategie, voila la raison...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA