Kindy gagne des parts de marché

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Malgré une conjoncture morose, le groupe Kindy publie de bonnes performances pour le premier semestre de son exercice 2011-2012. Le résultat d'une stratégie axée sur la qualité et l'innovation.

"Nous revenons de loin : il y a encore quatre ans, le groupe enregistrait 8 millions d'euros de pertes. Désormais, nous renouons avec la distribution de dividendes, même s'ils restent à un niveau symbolique de 0,15 euro", se félicite Joël Pétillon, président du directoire du groupe Kindy. Après un exercice 2010-2011 positif (45,3 millions d'euros de chiffre d'affaires et 3,2 millions d'euros de résultat net), le leader français de la chaussette publie un premier semestre 2011-2012 en hausse de 3,8% de ses ventes, pour atteindre 23,45 millions d'euros. Si le pôle chaussette ne progresse que de 0,7% (pour un chiffre d'affaires de 17,79 millions d'euros), le pôle chaussure pour enfant (marques GBB et Catimini) est particulièrement dynamique avec une croissance de +14,8%, à 5,66 millions d'euros.
Le groupe, qui a récemment rapatrié une partie de sa production asiatique vers le Portugal, la Tunisie et le Maroc, poursuit sa stratégie vers la qualité et l'innovation. Kindy produit encore aujourd'hui quelque 500 000 paires de chaussettes par an sur son site historique de Moliens, dans l'Oise. "Nous avons pour objectif d'y produire prochainement 2 millions de paires par an", annonce Joël Pétillon. Parmi ces produits estampillés "made in France", figurent les produits les plus techniques du groupe, comme ses chaussettes sport Thyo ou les chaussettes fonctionnelles Innov'activ vendues en pharmacie (spéciales diabétiques ou anti-mycose), mais également des chaussettes bio. "La part du bio a doublé en cinq ans et représente plus de 10% de notre activité aujourd'hui, aussi bien sous nos marques que sous des produits à marque de distributeur", souligne Joël Pétillon. De fait, les MDD représentent 19% du chiffre d'affaires du groupe en chaussette. Une diversification qui, ajoutée aux ventes réalisées sous les marques du groupe et ses licences (Kindy, Le Coq Sportif, Duarig, Dim, Thyo, Innov'activ) permet au groupe de prendre la tête du marché de la chaussette avec 23,5% de parts de marché en valeur.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA