Kingfisher publie des résultats en demi-teinte

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le numéro un européen du bricolage avec un chiffre d'affaires total de près de 13 milliards d'euros, annonce des résultats en légère hausse au global, qui cache des disparités selon les pays. En France, Castorama enregistre une contre-performance (-2,4%).

En France, Castorama souffre en 2016.
En France, Castorama souffre en 2016.© © MARIE LANDAIS/Castorama

Kingfisher peut dire merci au Brexit, du moins pour l'instant. Véronique Laury, la Française qui dirige ce groupe à Londres, s'est dite "prudente" sur les perpectives économiques britanniques et les incertitudes liées à la sortie de l'Union européenne. Il n'empêche, les résultats publiés ce matin montrent que la baisse de la livre entraînée ces derniers mois par le Brexit a eu un effet mécanique positif. Hors conversion en effet, le chiffre d'affaires en France progresse de 12,4%, mais hors effets de change, il baisse (-1,4%).Au total, le chiffre d'affaires total du groupe progresse de 8,7%, une hausse ramenée à 1,7%, corrigée des effets de change. Idem pour le bénéfice, qui augmente de 13,5% (+6,1%, après effets de change). 

Toujours difficile en France

Dans l'Hexagone donc, les affaires sont toujours compliquées pour le numéro deux du marché derrière Leroy Merlin. Le chiffre d'affaires total accuse une baisse de 1,4%. Les deux enseignes présentes, Castorama et Brico Dépôt, ne profitent manifestement pas de la reprise des grandes surfaces de bricolage qui représentent 80% du marché  (+1,6% selon la Fédération des magasins de bricolage-Unibal).A lui seul, Castorama fait même pire (-2,4%). Il faudra attendre les premiers effets du plan d'uniformisation des gammes de produits enclenché l'an dernier et mis en pratique cette année pour voir si cela peut inverser la tendance.

...et en Russie

Enorme marché du bricolage, la Russie où Kingfisher est présent avec Castorama, marque le pas (-0,2%). La Pologne, en revanche, donne toute satisfaction avec un bond de 10,1% de son activité en 2016. Trois nouveaux pays sont au programme : la Roumanie, l'Allemagne et le Portugal. En ces temps incertains, mieux vaut diversifier les risques.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA