Kingfisher signe un exercice 2015 en légère hausse

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Annoncé ce mecredi 23 mars 2016, le bénéfice opérationnel de Kingfisher augmente de 0,7% pour des ventes en recul de 2,6%.  L’offre unique prônée par Véronique Laury, qui dirige le groupe britannique, commence à débarquer en magasins.

Parmi les quatre enseignes de Kingfisher, Castorama, ici à Antibes. Les ventes en France ont crû de 1,2% en 2015.
Parmi les quatre enseignes de Kingfisher, Castorama, ici à Antibes. Les ventes en France ont crû de 1,2% en 2015.© photos : MARIE LANDAIS/ Castorama

"Une très bonne année, soutenue par l’activité en Grande-Bretagne et en Pologne." C’est ainsi que Véronique Laury, à la tête de Kingfisher depuis un peu plus d’un an, a salué la publication des résultats annuels. Au global, les ventes s’affichent pourtant en baisse, de 2,6%, à 13 milliards d’euros, pour l’année 2015. Le bénéfice opérationnel augmente, lui, de 0,7%, à 945 millions d’euros. Ce n’est pas la France qui contribue à cette performance (-1,6%), mais bel et bien la Grande-Bretagne et l’Irlande (+18%).

"One Kingfisher" en route
La maison-mère de Castorama et de Brico Dépôt en France a commencé à mettre en œuvre le plan "One Kingfisher" visant à simplifier l’offre... et à générer plus de 600 millions d'euros de bénéfices à partir de la cinquième année. In fine, il s’agit de passer d’un pilotage décentralisé qui utilisait peu la taille du groupe (1200 magasins) à une offre unifiée. Exemple : pour les ampoules, on passerait de 4500 à 250 références et de 55 fournisseurs à 6 ou 7. Cette offre simplifiée commence à arriver en magasins ce mois-ci.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA