Marchés

Kraft s'affiche comme le "leader mondial des snacks"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le géant agroalimentaire américain vient de livrer des résultats conformes aux attentes pour 2011 avec un recul de 14% de son bénéfice net à 3,5 milliards de dollars dû à la hausse des matières premières. Kraft Foods prépare activement sa scission en deux sociétés.

Irène Rosenfeld

Le chiffre d'affaires annuel de Kraft Foods a progressé de 10,5% à 54,36 milliards de dollars, en ligne avec les attentes de Wall Street. "Nous prévoyons de dégager une croissance remarquable en 2012, conformément à nos objectifs de long terme, tout en nous préparant à lancer avec succès" la scission annoncée l'an dernier », a indiqué la PDG, Irene Rosenfeld. Kraft Foods avait annoncé en août son intention de se scinder, renonçant au gigantisme par souci de cohérence. Irène Rosenfeld avait expliqué que sa stratégie d'acquisitions, dont notamment le britannique Cadbury et le français Lu ces dernières années, avait donné à son groupe l'ampleur nécessaire pour donner naissance à deux entités viables séparément. L'opération de scission sera bouclée "au plus tard le 31 décembre", a assuré Irène Rosenfeld, avec de premiers documents boursiers séparés et la structure de direction de chacune des deux entités fixée avant l'été. Le groupe de Northfield (Illinois, nord des Etats-Unis) a précisé que le coût de la scission devrait atteindre 1,6 à 1,8 milliard de dollars, sans compter 400 à 800 millions de dollars de coûts liés aux opérations de refinancement également liées à la scission.

Kraft se présente aujourd'hui comme "le leader mondial des snacks", avec, outre Lu et Cadbury, les chocolats Milka, Toblerone et Poulain, les bonbons Carambar et La Pie qui Chante, les chewing-gums Hollywood et Trident, qui bénéficient d'une bonne croissance, et ont totalisé un chiffre d'affaires de 35 milliards de dollars, dont 44% dans les pays émergents, 37% en Europe et 19% en Amérique du Nord. Dans cette catégorie, Mme Rosenfeld s'est particulièrement félicitée de la performance réalisée en Europe, en dépit de la crise de l'eurozone et de la détérioration de la confiance des consommateurs, avec un huitième trimestre consécutif de croissance à la fois des ventes et des bénéfices. L'autre pôle du groupe est centré autour de produits des rayons frais, comme le fromage à tartiner Philadelphia et les saucisses Oscar Mayer, avec un chiffre d'affaires de 18 milliards de dollars réalisé essentiellement en Amérique du Nord. Le patron de cette activité Tony Vernon a expliqué qu'il s'était résolu à sacrifier des parts de marché pour certains produits en relevant ses prix pour compenser la hausse des coûts d'approvisionnement, mais il a assuré que ce n'était que transitoire, et qu'il entendait renforcer l'activité en supprimant les produits les moins rentables.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA