Kronenbourg installe des "machines connectées" de recyclage à Rock en Seine

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le brasseur alsacien a installé un véritable centre de tri intelligent sur le camping du festival Rock en Seine qui s'est tenu à Saint-Cloud du 28 au 30 août 2015. Les machines de l’entreprise Canibal incitent les festivaliers au recyclage de leurs déchets. 

Kronenbourg a mis en place des machines Canibal :  elles permettent de trier les canettes, les bouteilles, et les gobelets.
Kronenbourg a mis en place des machines Canibal : elles permettent de trier les canettes, les bouteilles, et les gobelets.© Charlène Lermite

"Recycler c’est gagner". Kronenbourg a décidé de sensibiliser les festivaliers de Rock en Seine, qui s'est tenu du 28 au 30 août 2015 à Saint-Cloud, près de Paris, au recyclage de leurs déchets. La filiale de Carlsberg a installé sur le camping du festival un mini centre de tri équipé de 4 "machines connectées" de recyclage fabriquées par l’entreprise Canibal, ainsi qu’un collecteur de verre. Ces machines intelligentes peuvent prendre en charge les canettes, les bouteilles, et les gobelets. Le fonctionnement est simple : le festivalier dépose un déchet dans la machine qui scanne l’objet et le pèse. Elle vérifie le poids afin d’éviter de prendre en charge une bouteille pleine par exemple. Scanner l’objet permet de déterminer de quel type de déchet il s’agit, pour qu’il soit compacté correctement et placé par la suite dans le bon sac de recyclage. La machine dispose de 4 sacs différents et sépare l’aluminium de l’acier, le plastique et le carton. L’ensemble des déchets récoltés sont ensuite insérés dans les filières de recyclage françaises.

Le but est surtout de sensibiliser

Sur le camping de Rock en Seine, le "mini centre de tri" est tenu par deux équipiers de chez Kronenbourg, et deux autres de chez Canibal. Pour eux, le but est surtout de sensibiliser les festivaliers au recyclage sur le site, car "ce sont des déchets qui pèsent 5 à 20g, sachant que la tonne se vend entre 200 et 300 euros, et qu’on ne récupère que 100 kg de déchets en moyenne, par machines". Les machines Canibal incitent aussi par leur côté ludique. Avec Kronenbourg, à chaque déchet déposé, le festivalier dispose d’une chance de gagner un cadeau, parmi 3 types de lots (des goodies, et même des pass pour Rock en Seine 2016). L’opération "recycler c’est gagner" a été menée par Kronenbourg sur 4 festivals cet été, Garorock à Marmande (47), Musilac à Aix-les-Bains (73), et le festival du bout du monde à Crozon dans le Finistère.

Canibal en plein développement

L’entreprise Canibal loue ses "machines connectées" aux entreprises. Elle dispose aujourd’hui de 120 machines, et en attend une centaine d’autres à l’automne, dont déjà 70% sont louées. Le concept initial date de 2002, créé par deux étudiants de l’EMLyon, il ne permettait de prendre en charge que les canettes. Après 3 ans de recherche et développement, la machine prend en charge 3 types de déchets (canettes, bouteilles et gobelets), et l’entreprise a même créé son propre éco matériau, Caniplac, issu de la fonte des gobelets en plastique, il peut être utilisé pour le mobilier et le revêtement de sol. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA